Liz Gagné, nouvellement réélue à la présidence de la commission scolaire des Rives-du-Saguenay, pourra continuer d'occuper son poste malgré un rapport qui a soulevé plusieurs questions sur des décisions qu'elle a prises en 2014 et révélées par un vérificateur externe.

Jeudi soir, les commissaires ont adopté une résolution qui n’émet aucun blâme contre Mme Gagné, mais qui fait sienne la constatation de la firme Langlois avocats, selon qui la présidente a outrepassé son mandat en commandant, en 2014, une vérification comptable externe, en ne partageant pas les résultats avec les élus et en omettant de fait appliquer certaines recommandations importantes.

Les commissaires ont inclus dans leur résolution la volonté de mieux former élus et gestionnaires sur leurs rôles respectifs pour éviter ce genre de situation dans l’avenir.

« Les commissaires ont leurs rôles d’élus qu’on veut continuer à jouer, et c’est tout ce qu’on demande », a affirmé la vice-présidente du conseil des commissaires, France Gagné, au sortir d’une réunion de plus de trois heures.

Pas question non plus de retirer la présidence du conseil à Liz Gagné, qui devra cependant se plier aux règles en vigueur.

« Non, non, absolument pas : elle continue à être présidente » assure France Gagné, qui souhaite ainsi passer à autre chose.

Le dossier des sanctions possibles n’est cependant pas complètement fermé pour Liz Gagné : le commissaire à l’éthique de la commission scolaire doit encore faire enquête sur certains faits rapportés par la directrice générale, Chantale Cyr, comme le stipule une résolution adoptée le 13 juin par les élus scolaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine