Recruter des vétérinaires est difficile au Québec, particulièrement dans les régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Chaque année, près d'une centaine de finissants arrivent sur le marché du travail et les cliniques s'arrachent ces spécialistes qui s'occupent des animaux domestiques.

Cette situation touche l'Hôpital vétérinaire du Boisé de Saguenay, la plus grande clinique de la région. L'entreprise compte une soixantaine d'employés, dont 10 vétérinaires.

Les propriétaires admettent que le recrutement est plus difficile depuis quelques années, mais les employeurs doivent cibler les bons candidats.

« Je pense que c'est beaucoup le réseau, la famille, je pense que le facteur premier c'est de prendre des étudiants qui viennent de la région, mais c'est sûr qu'il y en a aussi qui ne viennent pas d'ici qui vont s'y plaire », explique Mélanie Gaudreault, copropriétaire de l'Hôpital vétérinaire du Boisé.

Selon l'Université de Montréal, on dénombre actuellement 12 étudiants du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur une cohorte d'environ 400 personnes inscrites au programme de médecine vétérinaire.

« On entend certains médecins vétérinaires, même de Québec, dire qu’ils ont besoin de nouveaux diplômés et, effectivement, il peut y avoir une certaine compétition pour les recruter à leur clinique », souligne Christine Théorêt, doyenne de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal.

Certaines cliniques comme l'hôpital du Boisé offrent des emplois d'été pour inciter de futurs vétérinaires à choisir la région. C'est le cas de Florence Deschênes qui est originaire d'ici.

« Pour faire le parallèle avec la médecine humaine, dans le programme universitaire, eux, ont à faire des stages obligatoires en région durant leur cursus. Ça pourrait être une bonne idée à avoir en médecine vétérinaire. Parce que, c'est sur que ça fait peur, la région c'est loin, mais je pense que ça vaut la peine », relate la nouvelle vétérinaire.

La pénurie de vétérinaires est plus criante dans le domaine des animaux de ferme.

La formation en médecine vétérinaire nécessite cinq années d'étude universitaire.

D’après le reportage de Frédéric Tremblay

Plus d'articles