Retour

Perspectives d’avenir sombres selon l’Association de l’aluminium du Canada

Les espoirs de développement à l'aluminerie d'Alma et à l'usine AP60 du complexe Jonquière semblent bien minces à court terme selon l'Association de l'aluminium du Canada.

Le président de l'Association était de passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mardi, pour dresser un portrait plutôt sombre de l'industrie. Selon Jean Simard, l'heure est loin d'être aux nouveaux projets. Il affirme qu'au contraire, les entreprises considèrent plutôt « de faire du retranchement de capacité ou de fermer de la production ».

Dans un contexte où une seule usine de Chine produit deux fois plus d'aluminium annuellement que celles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean Simard ne voit pas d'embellie avant au moins deux ans pour l'industrie canadienne. Surtout qu'avec une surproduction mondiale, le prix de l'aluminium est à son plus bas.

Le président de l'association croit que tout le monde doit y mettre du sien, tant les directions d'entreprises que les travailleurs.

Négociations régionales

Le discours de Jean Simard tombe à point pour Rio Tinto dans un contexte de négociation avec les employés.

Le président du syndicat des Métallos à l'aluminerie d'Alma, Alexandre Fréchette, y voit un exercice de lobby pour maintenir la pression. Il rappelle que Rio Tinto a pourtant réussi à doubler ses profits au premier semestre de 2015 par rapport à l'an dernier.

Plus d'articles

Commentaires