Retour

Peu d'artistes féminines dans les festivals de la région

Une centaine d'auteures-compositrices-interprètes de l'industrie de la musique québécoise ont publié une lettre qui a été partagée plus de 500 fois et qui a suscité des centaines de commentaires sur les médias sociaux jeudi.

Les Sœurs Boulay, Catherine Durand, Ariane Moffatt, Lisa Leblanc, Alexe Gaudreault et Safia Nolin font partie des signataires.

Elles dénoncent notamment la sous-représentation des femmes dans les programmations des festivals québécois. Rarement plus du tiers des têtes d’affiche sont des femmes alors qu’elles représentent presque la moitié des artistes.

Jonquière en musique est l’un des festivals cités en mauvais exemple. Cette année, Guylaine Tanguay est la seule femme invitée comme vedette principale en 12 jours de programmation.

Le directeur général de Jonquière en musique, Alain Tremblay, indique que les artistes doivent déjà être connus pour être invités.

D’après la coordonnatrice aux événements de Festivalma, Janie Maltais, il s’agit plutôt d’une question de disponibilité. En neuf jours de festivités, la chanteuse pour enfants Mélou est la seule femme.

« On essaie, on travaille fort, mais ce n’est pas toujours possible. D’arriver à arrimer tout ça dans les calendriers parfois, ça ne peut pas se réaliser malheureusement », soutient Mme Maltais.

Les artistes invités au Festival international des Rythmes du monde cette année sont surtout des hommes. L’organisation de l’événement a toutefois prévu le spectacle Femmes du monde, en août, entièrement fait par des femmes.

« On a toujours une bonne représentation féminine et on l’espère. Que ce soit masculin ou féminin, il n’y a pas de différence. Ici, on n’a pas eu ce problème-là », avance Robert Hakim, le directeur du festival.

D'après le reportage de Denis Lapierre

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine