Retour

Philippe Couillard va parrainer une famille de réfugiés syriens

Le premier ministre Philippe Couillard, sa femme et un groupe de résidents du Lac-Saint-Jean s'unissent pour aider une famille de réfugiés syriens à immigrer au Québec.

Le groupe de parrainage souhaite que la famille s'installe au nord du Lac-Saint-Jean. Le bureau du premier ministre a confirmé les intentions de M. Couillard, mais ne veut pas identifier les autres membres du groupe.

« Je ne veux pas en faire une leçon, les gens ne sont pas obligés de faire ça, affirme M. Couillard. Chacun peut contribuer et faire un effort à sa façon. Il nous a semblé à Suzanne et moi que c'était une façon de poser un geste. Chacun peut poser un geste à la mesure de ses possibilités. Pour nous, c'était la chose à faire. Ça va permettre d'être un peu aux premières loges pour voir l'évolution de ces dossiers-là. »

Les membres d'un groupe comme celui qu'a formé Philippe Couillard devront payer les dépenses de logement, de nourriture et de vêtements pour une période d'un an. Ils devront, en plus, soutenir les immigrants pour qu'ils apprennent le français, trouvent un emploi et inscrivent les enfants à l'école.

Les réfugiés peuvent venir s'établir au Québec soit par la prise en charge de l'État, soit s'ils sont parrainés par un organisme ou un groupe de deux à cinq personnes.

Le premier ministre Couillard souhaite que d'autres Québécois fassent la même chose et forment des groupes pour parrainer des réfugiés syriens. Il rappelle que les Québécois ont toujours été généreux lors des tragédies humanitaires.

Des mesures pour tripler le nombre de réfugiés syriens au Québec

Devant l'ampleur de la crise humanitaire des réfugiés syriens, le gouvernement Couillard a annoncé, lundi, une série de mesures visant à accueillir davantage de gens fuyant ce pays plongé dans la guerre civile en plus d'accélérer l'arrivée de ces derniers dans la province.

Alors que de nombreux pays européens ouvrent leurs portes aux réfugiés, Québec souhaite ainsi en accueillir au total 3650 d'ici la fin de l'année, soit 2450 de plus que son objectif initial.

Au Québec au moins 1000 demandes de parrainage concernant des Syriens - qui doivent obtenir l'aval d'Ottawa - ont été effectuées depuis le début de l'année.

Québec demande également de hausser de 650 le nombre de réfugiés pris en charge par l'État et de 1800 individus pour les réfugiés parrainés. Depuis le début de l'année, 651 personnes en provenance de la Syrie sont arrivées au Québec. En 2014, la province a représenté 60 % de l'effort d'accueil canadien.

Mardi, le premier ministre sortant Stephen Harper a surtout insisté sur l'importance de procéder à des vérifications avant de permettre aux réfugiés de fouler le sol du pays. « Parce qu'on parle ici des personnes d'une zone de combat terroriste, on va assurer une vérification qui va protéger tout le temps la sécurité des Canadiennes et des Canadiens », a-t-il dit en point de presse à Mississauga, en Ontario.

Il a précisé qu'il voulait s'assurer que les personnes sélectionnées par Ottawa soient parmi les plus vulnérables, surtout issues des minorités ethniques et religieuses. M. Harper n'a toutefois pas répondu directement à la question qui lui avait été posée, à savoir s'il avait l'intention d'envoyer plus de fonctionnaires sur le terrain pour accélérer le processus de sélection.

Une porte-parole du Parti conservateur, Catherine Loubier, a toutefois indiqué que le gouvernement examine comment accélérer le processus. « Les fonctionnaires du ministère Immigration Canada sont en contacts réguliers avec les fonctionnaires du Québec », a-t-elle indiqué par courriel.

Plus d'articles

Commentaires