Retour

Possibles droits compensatoires pour les producteurs de papier canadiens

Une nouvelle tuile pourrait bien s'abattre sur Produits forestiers Résolu (PFR) lundi. Le département américain du Commerce étudie la possibilité de déposer des droits compensatoires sur différents types de papier, notamment ceux qui sont destinés à la production de journaux et de livres.

Imposer de nouveau des droits compensatoires et des droits antidumping pourrait avoir des répercussions importantes pour plusieurs entreprises canadiennes qui produisent du papier journal ou non couché.

PFR, Tembec et Kruger pourraient faire les frais de la plainte déposée par l'entreprise américaine NORPAC, qui accuse les entreprises du pays de concurrence déloyale.

« Malheureusement, l'utilisation des règles commerciales ou des outils régissant les règles commerciales entre le Canada et les États-Unis font en sorte que, malheureusement, certains utilisent ces mécanismes-là pour asphyxier leurs compétiteurs canadiens », explique le porte-parole de PFR, Karl Blackburn.

Dans la province, les usines de PFR d’Alma, de Baie-Comeau, de Gatineau et d’Amos pourraient être touchées.

Cette menace n'a rien de surprenant pour le président du syndicat des travailleurs d'Alma, Jean-Pierre Lebel.

Malgré tout, cette menace pèse lourd sur les épaules des 340 employés de la papetière d'Alma.

« Il faut comprendre qu'on n'est pas comme l'industrie forestière, le bois d'oeuvre, où ils sont capables de refiler cette hausse-là aux clients, parce qu'il y a une forte demande. »

Le département américain du Commerce fera savoir lundi s'il impose des droits compensatoires aux entreprises canadiennes qui produisent du papier non couché dans une première décision.

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec préfère attendre ce jugement avant de commenter le dossier.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Plus d'articles