Retour

Première compétition de chaloupes à rames depuis les forts vents à Festirame l’an dernier

Lors de l'édition 2016 de Festirame, des embarcations avaient chaviré et des participants s'étaient retrouvés à l'eau en raison des forts vents sur le lac Saint-Jean. Depuis, les organisateurs d'évènements du genre ont décidé d'améliorer la sécurité lors de telles compétitions.

Samedi, les équipes de chaloupe à rames ont renoué avec leur discipline en prenant part à la première compétition de la saison.

« C'est sûr qu'on oublie ce qui s'est passé l'année passée. J'ai encore des images, mais il y a plein de conditions qui font qu’en connaissant ces conditions-là on n’embarquera pas sur l'eau », affirme le rameur Frédéric Gagné.

Sa collègue, Valérie Gagné, est du même avis : « On passe à autre chose à un moment donné. Il faut tourner la page. On est une nouvelle année, donc on recommence à zéro. »

Depuis les évènements de 2016, l'organisation de Festirame a revu ses façons de faire pour être mieux outillée lors d'intempéries. Chaque équipe sera désormais accompagnée d'un bateau et si le lac Saint-Jean est agité, le marathon de 42 kilomètres se déroulera à Alma.

« Actuellement, il y a eu une pesée des embarcations pour la catégorie chaloupe à rames. Il y a aussi une vérification de tout le matériel qui est obligatoire maintenant. On a déjà aussi tout un plan B qui est monté en même temps que le marathon aussi. Le vendredi soir, la décision va être prise à savoir si on prend le départ pour le marathon ou on prend le départ pour un plan B », affirme la directrice générale de Festirame, Janie Maltais.

Pour l'édition 2017, une dizaine d'équipes sont inscrites. Malgré la décision du club d'aviron d'Alma de ne pas participer au prochain marathon, l'organisation de Festirame est soulagée de voir que plusieurs rameurs souhaitent tout de même répéter l'expérience le 8 juillet prochain.

Plus d'articles

Commentaires