Retour

Prison de Roberval : le syndicat des agents de la paix dénonce le manque d’effectifs

Charge de travail trop lourde, heures supplémentaires obligatoires, climat de travail tendu : le Syndicat des agents de la paix en service correctionnel du Québec dénonce la situation qui prévaut au centre de détention de Roberval.

Le président du syndicat, Mathieu Lavoie, estime que la situation a atteint un niveau plus qu’inquiétant.

« On manque d’effectifs, on manque de gestionnaires, les gestionnaires sont en maladie, ça fait qu’ils en font venir d’ailleurs qui ne connaissent pas la place », déplore le chef syndical qui ajoute que « le climat de travail est difficile dans ce contexte-là ».

La difficulté est amplifiée par le fait que les agents ne peuvent refuser d’effectuer des heures supplémentaires, ce qui arrive de plus en plus souvent.

Le transport de la prison de Roberval vers les palais de justice de la région demeure aussi problématique.

« Au palais de justice (de Chicoutimi), on a essayé de corriger un peu le tir, mais on est toujours un peu sur la ligne », ajoute Mathieu Lavoie, qui souligne que récemment, les activités de la cour ont été « gelées » pendant près de trois heures en raison d’une urgence médicale et des retards pour obtenir du soutien.

Le syndicat a demandé de reporter la possibilité d’incarcérer plus d’un détenu par cellule, en raison de la situation et du manque de personnel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine