Retour

Prison de Roberval : les agents de la paix lancent une opération de visibilité 

Des affiches visant à dénoncer les conditions de travail à la prison régionale de Roberval ont été installées, mardi, par le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN).

Le Syndicat lance ainsi une importante opération de visibilité à travers le Québec pour faire connaître ce qu'il qualifie de « laisser-aller du gouvernement en matière de sécurité publique ».

Dans un communiqué, le Syndicat souligne que « les conditions de détention et l'état des établissements de détention affectent directement les conditions de travail des agents de la paix ».

« Travailler dans des établissements désuets et surpeuplés, avec des outils vétustes, avec des effectifs insuffisants et souvent trop peu formés, c'est notre quotidien et nous voulons que la population y soit sensibilisée », explique le président du SAPSCQ-CSN, Mathieu Lavoie.

À Roberval, les revendications des agents de la paix touchent le manque d'effectifs et le manque de formation qui ont un effet sur la santé et sécurité des travailleurs, selon le SAPSCQ-CSN.

À la fin du mois de juin, la direction a embauché sept nouveaux agents à la prison de Roberval, mais il en aurait fallu le double, selon le Syndicat. 

Négociations en cours

Les membres du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels sont sans contrat de travail depuis plus de 18 mois. Ils vont multiplier les moyens de pression au cours des prochaines semaines dans l'espoir de faire avancer les négociations.

Près de 170 personnes travaillent à la prison de Roberval, qui compte quelque 180 cellules de détention. L'établissement a ouvert ses portes en décembre 2015.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque