Retour

Procès de Francis Vallée pour agression sexuelle : la preuve est close

Les avocats de la défense et de la Couronne ont clos leur preuve au procès du restaurateur Francis Vallée, accusé d'agression sexuelle avec lésions corporelles sur une femme dans la vingtaine.

Les événements se seraient produits le 25 mai 2013 au Tout-à-Vallée de Roberval, l'ancien restaurant de Francis Vallée.

La plaignante s'y était rendue pour un souper en famille.

Dans sa plaidoirie, l'avocat de la défense, Francis Boucher, a mis en doute le témoignage de la présumée victime qui se serait contredite à quelques reprises.

« C'est sûr que madame a fait certaines déclarations concernant des représailles qu'elle avait contre M. Vallée ou une certaine rancœur concernant sa réputation, affirme Me Boucher. C'est beaucoup plus au niveau de la crédibilité lorsque on témoigne avec une émotion qui n'est pas nécessairement détachée au dossier, c'est ce que j'essaie de démontrer, c'est que sa perception des faits pouvait avoir été teintée d'une émotion que la cour ne doit pas avoir lorsqu'on rend un témoignage »

De son côté, la Couronne a rappelé les photos montrant des ecchymoses, particulièrement sur la poitrine de la jeune femme, qui ont été présentées en preuve. « J'ai soumis des points de droit au juge, souligne Me Amélie Savard. J'ai parlé en fait de l'analyse de la crédibilité qu'il y aura à faire de notre preuve. Je lui ai soumis aussi qu'il devra s'interroger sur le chef d'agression sexuelle causant des lésions. »

Le juge Michel Boudreault a pris l'affaire en délibéré et doit rendre sa décision le 19 janvier. Une ordonnance de la cour interdit d'identifier la plaignante.

Plus d'articles

Commentaires