Retour

Procès de Jean-Philippe Blanchette : l'accusé avait bu avant l'accident

Cinq témoins ont été entendus au palais de justice de Chicoutimi mardi à l'occasion du procès devant jury de Jean-Philippe Blanchette. La défense a accepté le dépôt de plusieurs éléments de preuve sans les contester.

Un texte de Gilles Munger

L'homme de 36 ans est accusé de conduite avec les facultés affaiblies et de conduite dangereuse ayant causé la mort de sa conjointe, Kathleen Haché-Binette, âgée de 27 ans.

Dès le début du procès, la défense a admis que l'individu avait consommé de l'alcool avant l'accident.

Elle a aussi reconnu que l'état mécanique de la Jeep n'était pas en cause dans l'accident et que c'est bien Jean-Philippe Blanchette qui la conduisait.

Parmi les cinq témoins à défiler à la barre lors de cette cette première journée d'audience, le jury a entendu une technicienne en scène de crime qui lui a présenté les photos prises avec le cellulaire de la victime dans les heures précédant l'accident.

On y aperçoit la Jeep avec laquelle l'accusé et la victime s'amusaient dans les sentiers hors route de l'arrondissement de Chicoutimi. Sur l'une des photos, on voit même l'accusé une bière à la main.

Sa conjointe est assise à bord sans être attachée sur une autre photo.

La toute dernière photo, prise à 21 h 17, montre le véhicule dans une situation particulièrement risquée en train de grimper sur des roches en haut d'un ravin.

Témoignages des policiers

Selon les témoignages de trois autres policiers, le véhicule a été retrouvé vers 21 h 55 au fond d'un ravin, au pied de ce qui ressemble à une décharge de vieilles pièces de béton.

Le premier policier qui a découvert la scène, Maxime Guay, indique que la victime reposait sur le côté, sur la porte du véhicule. Selon lui, Kathleen Haché-Binette n'était pas attachée. Il y avait une odeur d'alcool dans le véhicule.

Maxime Guay a ajouté qu'un trousseau de clés se trouvait sous le corps de la victime, mais n'a pas voulu tiré de conclusion.

La défense

À chaque témoin entendu, le procureur de la défense, Luc Tourangeau, a insisté sur le fait qu'aucun bloc de béton n'interdisait l'accès à l'endroit où l'accident s'est produit, dans une zone en friche, entre la rue Jobin et Théberge dans l'arrondissement de Chicoutimi.

L'accusé Jean-Philippe Blanchette est demeuré calme lors des témoignages.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine