Retour

Projet BlackRock : début de la deuxième phase des consultations publiques

Une douzaine d'organisations ont déposé un mémoire concernant le projet de Métaux Blackrock, lundi soir, lors de la deuxième phase des consultations du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Les consultations portent spécifiquement sur la construction d’une usine de ferrovanadium dans le secteur de Grande-Anse, à Saguenay.

Lors de la première phase du BAPE en juin, la question du transport du minerai depuis la future mine de Chibougamau jusqu’à l’arrondissement de La Baie avait suscité des inquiétudes.

Métaux BlackRock privilégie le transport par voie ferroviaire plutôt que par camion, mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres puis qu’aucune entente n’a encore été signée avec Rio Tinto, propriétaire d’une partie de la voie ferrée.

Cependant, dans son mémoire, la multinationale a réitéré son appui au projet BlackRock, affirmant avoir la capacité de fournir le service de transport par train.

Nathalie Lessard s’est toutefois faite avare de commentaires concernant l’avancée des négociations qui sont en cours depuis 2012 entre les deux compagnies.

La négociation entre Métaux BlackRock et Rio Tinto […] ça va se faire par les négociateurs, les équipes de négociation. Je ne vais pas me prononcer sur qu’est-ce qui a été déposé par nous, par eux; c’est les équipes de négociation qui sont en discussion pour ça.

Le transport ferroviaire est également la solution préférée à Chibougamau. La Ville a elle aussi déposé un mémoire concernant le développement de l’usine de ferrovanadium à Saguenay.

La mairesse Manon Cyr indique que sa Ville est favorable au projet, mais pas à n'importe quel prix. Elle redoute que l’option du transport du minerai par camion soit celle choisie.

La Ville de Chibougamau veut développer des projets miniers par contre, toute la question du transport entre la mine et l’usine de transformation nous préoccupe et c’est pour ça qu’on a décidé de déposer un mémoire auprès des audiences du BAPE […] Nous, des mines, on en veut, mais on ne veut pas n’importe quoi, n’importe comment et il faut surtout s’assurer qu’au niveau du transport, qu’il y ait un minimum et pour nous le chemin de fer serait à privilégier, soutient-elle.

Par ailleurs, celle qui a porté les couleurs du Parti vert lors de l'élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord en juin dernier a également pris la parole devant les responsables du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

C'est en tant que citoyenne que Lynda Youde a tenu à s'exprimer sur le projet d'usine de ferrovanadium de Métaux BlackRock.

Elle s'inquiète des répercussions possibles de la construction au plan visuel.

Elle se questionne sur l'emplacement choisi pour cette future usine, soit le secteur de Grande-Anse dans l'arrondissement de La Baie.

J’habite la région depuis une trentaine d’années. Je trouve qu’on a un très beau fjord et ce projet-là, je le trouvais proche, alors je me suis dit je vais faire une réflexion à ce sujet-là parce qu’on a des possibilités d’avoir des très beaux projets qui pourraient être porteurs au niveau forestier, au niveau touristique, au niveau agricole. Oui, des gros projets, il peut y en avoir, mais je ne croyais pas que cet endroit-là serait le plus intéressant pour faire un projet de concentrateur de mine, a-t-elle mentionné.

La présentation des mémoires va se poursuivre mardi après-midi à l’hôtel La Saguenéenne.

Plus d'articles