Retour

Projet Optilab : la centralisation des tests de laboratoires dénoncée

Le ministère de la Santé veut centraliser les examens de laboratoires de chaque région vers un hôpital avec le projet Optilab. L'hôpital de Chicoutimi sera l'établissement principal choisi pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec.

Le projet doit se réaliser d'ici 5 à 10 ans. « Le laboratoire de l'hôpital de Chicoutimi a été choisi comme laboratoire serveur et tous les petits laboratoires que nous avons déjà dans les hôpitaux de la région vont maintenant être des laboratoires associés », précise le porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marc-Antoine Tremblay.

Tous les laboratoires vont rester ouverts, mais ils vont s'occuper des tests qui doivent être faits rapidement : les tests en hospitalisation, les tests dans les urgences et les tests qui ne peuvent pas être déplacés sur la route.

Le porte-parole du CIUSSS assure que les centres de prélèvements vont aussi rester ouverts.

Inquiétude syndicale

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) estime que la centralisation des tests de laboratoire présente des risques, particulièrement pour la perte de spécimens.

La représentante de l'APTS, Nathalie Chalifoux, rappelle que prélèvements doivent déjà être transportés à certains endroits et qu'il arrive que des spécimens soient périmés
« On doit rappeler les patients, on doit faire refaire les tests, les prélèvements doivent être refaits, donc c'est sûr que c'est un ralentissement au niveau des analyses et des résultats pour les patients », affirme Mme Chalifoux.

Le syndicat prévoit que le projet Optilab entraînera la coupe de 700 à 1000 postes au Québec.

Le maire de Dolbeau-Mistassini déplore la centralisation

La centralisation des examens de laboratoire à l'hôpital de Chicoutimi ne surprend pas le maire de Dolbeau-Mistassini, Richard Hébert, qui dénonce depuis plusieurs semaines l'absence de représentant de son secteur au conseil d'administration du CIUSSS.

« Ce sont encore des morceaux qui sont arrachés à notre communauté d'une certaine manière, souligne-t-il. Je ne suis pas étonné de la manière dont ça se passe. On a juste à voir la centralisation du conseil d'administration du CIUSSS et ça donne l'allure générale de ce qui s'en vient. »

Le maire Hébert déplore la décision, d'autant plus que le laboratoire de l'hôpital de Dolbeau-Mistassini a été refait à neuf lors de la rénovation de l'établissement. « J'ai l'impression qu'il va servir de moins en moins, craint-il. On diminue et un moment donné on ferme. »

Plus d'articles

Commentaires