Retour

Promotion d'un groupe contre « l'islam radical » : un cadre de Saguenay rappelé à l'ordre

Le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de la Ville de Saguenay, Éric Lemay, est l'un des cofondateurs du groupe contre « l'islam radical » La Meute. L'employé-cadre a discuté de ses convictions sur son lieu de travail auprès de ses subalternes pompiers. Son employeur, la Ville de Saguenay, l'a sommé de mettre fin à ses activités politiques dans le cadre de ses fonctions.

Un reportage de Véronique Dubé

Le groupe La Meute a également été formé par un vétéran des Forces armées canadiennes, l'an dernier. Le groupe controversé, qui gagne en popularité par l'entremise d'une page Facebook confidentielle, lutte contre « l'islam radical ».

Éric Lemay, alias Eric Yamel, a toujours voulu conserver son anonymat. Dans la vidéo d'une entrevue réalisée en mars 2016 sur les ondes de Radio X et publiée sur Facebook par un membre de La Meute, il explique sa vision.

« On a un certain malaise avec l'immigration massive comme elle se fait présentement. Massive et rapide, sans filtration qui se fait. Les gens débarquent et ont leur passeport canadien presque automatiquement. C'est ni plus ni moins des votes achetés », dit-il.

Éric Lemay avoue alors espérer recruter 100 000 membres rapidement pour que La Meute ait un rôle politique au Québec.

« On n'est pas sexistes, on n'est pas islamophobes, on n'est pas racistes. [...] Si tu partages la même idéologie que nous, les mêmes valeurs que nous, tu es le bienvenu dans La Meute. Notre combat est en deux volets : on est contre l'islam radical et le procharia ».

Rencontré par ses supérieurs

Au cours des derniers mois, le chef aux opérations a parlé sur son lieu de travail de ses valeurs avec certains subalternes. Deux pompiers ont été invités à joindre le groupe controversé sur Facebook. L'attitude de M. Lemay crée un réel malaise au sein du Service. Ses supérieurs l'ont donc rencontré pour l'avertir de cesser toute activité reliée à La Meute alors qu'il travaille.

« C'est de la régie interne, mais on se doit d'intervenir. Chaque employé doit faire ses heures de travail. Il n'est pas là pour faire de la sollicitation pour quelque organisme, quelque entreprise ou quelque commerce que ce soit, ça va de soi. Si on a vent que ça se passe, on fait des interventions comme on l'a fait récemment », affirme Jeannot Allard, porte-parole de la Ville de Saguenay.

Éric Lemay a un dossier disciplinaire sans tache. Nous avons clavardé avec lui puisqu'il est actuellement à l'extérieur du pays. Il nous a mentionné qu'il n'est plus membre de La Meute. Il dit s'en être dissocié pour des raisons personnelles, mais réitère que sa vision n'a pas changé.

Éric Lemay affirme avoir démissionné du conseil d'administration de l'organisme sans but lucratif qui est relié à La Meute le 7 août dernier.

Des photos Facebook du compte appartenant à M. Lemay portent encore l'empreinte d'une patte de loup, le symbole du groupe.

Interrogé sur la sollicitation auprès de jeunes pompiers, Éric Lemay répond : « Pourquoi du regret? Il n'y a rien de honteux à être membre d'un groupe non radical qui fait tout en son possible pour informer la population des dangers de l'islam sur nos terres ».

Plus d'articles

Commentaires