Retour

Protéger le lac Saint-Jean en plantant des végétaux sur ses berges

Environ 56 % des bandes riveraines du lac Saint-Jean, soit 100 km, sont de mauvaise qualité, selon une étude menée par l'Organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean.

Les bandes riveraines sont indispensables pour freiner la prolifération des algues bleu-vert. La coordonnatrice de l'Organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean, Anne Malamoud, rappelle qu'il y a des épisodes d'algues bleu-vert dans différents secteurs depuis plusieurs années.

« Les bandes riveraines, c'est un des éléments qui font en sorte de limiter cette problématique-là en créant un bouclier végétal pour filtrer notamment le phosphore », ajoute Mme Malamoud.

L'Organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean constate que les secteurs résidentiels sont les plus touchés. « C'est l'image qu'on vend aussi d'un chalet au bord de l'eau, souligne Anne Malamoud. C'est un chalet avec une belle pelouse bien tondue jusqu'au bord du lac alors que c'est une image comme une autre. On pourrait très bien avoir une image d'un chalet au bord de l'eau avec une belle végétation, et ce serait aussi beau. »

L'Organisme de bassin versant Lac-Saint-Jean souhaite sensibiliser les 2000 riverains à l'importance de planter des végétaux pour filtrer et protéger le lac Saint-Jean, en plus de freiner l'érosion des berges.

L'organisme va les rencontrer et distribuer des arbres dès cet été. Les trois municipalités régionales de comté et Rio Tinto collaborent aussi au projet évalué à 112 000 dollars.

« Nous sommes conscients qu'il y a encore à faire et nous maintenons notre engagement dans ce sens avec le programme de stabilisation des berges 2017-2026, explique le directeur général de la division Énergie électrique, Jean-François Gauthier. Notre participation au projet Des racines pour notre lac s'inscrit parfaitement dans la continuité de cet engagement. »

Le programme se poursuivra à l'été 2017.

D'après les informations de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires