Les chantiers routiers sont nombreux cet automne dans la région. En vue de rappeler aux automobilistes les dangers qui guettent les travailleurs, le ministère des Transports mène actuellement une campagne de sensibilisation.

Chaque année, des centaines de travailleurs qui oeuvrent sur les chantiers routiers du Québec sont blessés en raison de la vitesse ou d'un conducteur distrait.

Patrice Dufour travaille sur ces chantiers depuis une quinzaine d'années. Au cours de sa carrière, le chef d'équipe en a vu de toutes les couleurs.

« Les gens vont être très pressés d'aller se chercher un café le matin et quand ils vont arriver sur un chantier ils vont dire : "Je n'y ai pas pensé!" et là ils vont se penser en retard au travail. Ils deviennent plus téméraires, beaucoup plus impatients aussi et les signaleurs, souvent, se font frôler, les gens des fois baissent les vitres et leurs disent des bêtises. Ces travailleurs-là, c'est des gens qui se lèvent le matin pour aller gagner leur vie pas pour la perdre », fair remarquer Patrice Dufour, chef d’équipe routes et structures au MTQ.

C'est dans ce contexte que le ministère des Transports mène actuellement une campagne pour sensibiliser les automobilistes au respect de la signalisation sur les chantiers routiers. Au Québec, en 2016, plus de 700 personnes ont été blessées dans les zones de travaux.

« Lorsqu'on fait une analyse sur les accidents qui se sont produits sur les chantiers routiers, il en ressort que près de la moitié des cas, c'était vraiment l'inattention des conducteurs qui était en cause. Parmi les facteurs également qui ont contribué malheureusement à des accidents sur des chantiers, on compte la vitesse excessive et le fait que les conducteurs suivent les véhicules de trop près », souligne Véronick Lalancette, porte-parole du ministère des Transports.

Même si le bilan routier s'améliore et que les amendes ont doublé dans les zones de chantiers, Transport Québec constate que le travail de sensibilisation est à refaire chaque année.

« Le message est toujours difficile à passer. D'une année à l'autre, il faut toujours recommencer, c'est une éducation constante. Ce qu'il faut être conscient quand on crée un chantier comme ça, ce n'est pas pour nuire à l'usager de la route. Ce qu'on vise en faisant des opérations comme ça, c'est la sécurité de l'usager en améliorant la route », explique Patrice Dufour.

Une soixantaine de chantiers routiers sont en cours au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Durant le congé de l'Action de grâce, les policiers mèneront différentes opérations pour faire respecter les règles de sécurité à proximité des zones de travaux.

Plus d'articles

Commentaires