Retour

Quatre Britanniques rescapées en mer font un arrêt imprévu à Saguenay

Leur voyage en aviron devait les mener des îles Canaries à la Barbade, mais c'est plutôt à La Baie, au Saguenay, qu'ont atterri Gemma Chalk, Clare Lanyon, Jane McIntosh et Olivia Wilson. Même si la destination finale a changé en cours de route, leur histoire aurait pu prendre une tournure encore plus dramatique. 

C'est le 26 janvier qu'avait lieu le jour du grand départ. Les quatre Britanniques avaient comme objectif de traverser l'Atlantique à la rame, battant ainsi un record féminin et amassant des fonds pour deux organismes de charité pour enfants. 

À environ 400 milles nautiques de Cape Verde, sur la côte ouest africaine, leur embarcation, le Fire Ant, a toutefois chaviré. Le lendemain, les expertes de l'aviron ont constaté que plusieurs équipements avaient subi des bris. Elles ont dû se résoudre à lancer un appel de détresse le 13 février.

Un long sauvetage 

Les deux navires les plus près se trouvaient à environ 11 heures de navigation. Le premier arrivé sur place a été le Rio Grita. Ce bateau transportant de la bauxite en provenance de Guinée était en route vers les installations portuaires de Rio Tinto dans l'arrondissement de La Baie, à Saguenay.

Il a fallu sept essais pour que les dames arrivent à monter à bord. Le sauvetage a été difficile notamment en raison de la différence de taille entre les deux embarcations.

Au total, les femmes ont passé 16 heures accroupies sur leur bateau à la dérive. Elles admettent avoir eu peur puisqu'elles connaissent très bien les dangers de la mer et le caractère imprévisible de l'océan.

Elles sont finalement arrivées à Saguenay le 26 février, un mois jour pour jour après le début de leur périple. Elles ont pris un vol la journée même pour rentrer chez elles, soulagées que cette traversée périlleuse de l'océan soit enfin terminée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards