Retour

Québec prend des mesures pour contrer l'impact des inondations

Le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux, entend faire appliquer de façon stricte la loi qui interdit la reconstruction de bâtiments dans les zones inondables 0-20 ans. Il s'agit des zones où les risques d'inondation sont les plus élevés.

La crue du printemps a touché 278 municipalités, inondé plus de 5300 résidences, de ce nombre entre 500 et 800 ont été carrément détruites ou rendues inhabitables, et forcé l’évacuation de plus de 4000 personnes ainsi que la fermeture de plusieurs routes.

Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, a expliqué jeudi la mise en place de zones d'intervention rapide où du personnel du ministère fera des évaluations des résidences dans les secteurs de grand courant (c'est-à-dire à risque d'inondation dans un laps de 0 à 20 ans). Il entend ainsi s'assurer du respect de la Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables (PPRLPI).

Selon les données du gouvernement, 32 municipalités ne respectent pas la PPRLPI et 65 n'ont aucune carte de leurs zones inondables.

Ainsi, les propriétaires qui se sont construits une maison dans une zone de grand courant ne pourront la reconstruire si elle est évaluée perte totale. Sinon, ils pourront faire les réparations nécessaires.

Les propriétaires dont la résidence est située dans une zone inondable de faible courant (à risque d’inondations dans un laps de 20 à 100 ans) pourront, quant à eux, effectuer des travaux pour reconstruire ou réparer leur résidence.

L'automne prochain, Québec organisera un Forum qui portera sur la gestion des inondations à l'ère où le réchauffement climatique multiplie les catastrophes naturelles de grande ampleur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine