Retour

Réactions mitigées au projet d’élevage de caribous forestiers

Le maire de La Doré, Jacques Asselin, propose une solution originale pour protéger le caribou forestier sans affecter l'industrie forestière : faire l'élevage du cervidé.

La proposition a d’ailleurs fait l’objet d’une résolution du conseil municipal de La Doré, soumise au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs en début d’année.

Pour Jacques Asselin, il s’agit d’une solution au problème de la préservation du caribou forestier, un des enjeux majeurs qui affectent l’industrie forestière. Cette question est d’ailleurs une des causes de la perte de certification environnementale du Forest Stewardship Council (FSC) par Produits forestiers Résolu au Lac-Saint-Jean.

« L’Idée est encore au stade de concept », précise le maire, ajoutant que des discussions ont déjà eu lieu avec la direction du Zoo sauvage de Saint-Félicien pour la réalisation du projet.

La municipalité songe à utiliser un terrain marécageux de 2500 hectares où, assure M. Asselin, « on trouvait des caribous forestiers entre 1920 et 1948 dans notre secteur ».

Il a même pris contact avec des personnes en Islande et en Finlande pour savoir comment ils s’y prennent pour protéger leurs propres troupeaux de rennes.

« Actuellement, on pense à utiliser le même type de clôture que ce qui est utilisé le long de la route 175 pour empêcher le passage des orignaux », créant ainsi un enclos où les animaux seraient gardés, étudiés et éventuellement libérés pour aller grossir les rangs du troupeau sauvage.

Réactions divergentes

Si la biologiste Christine Gagnon du Zoo de Saint-Félicien estime que ce projet est intéressant et en droite ligne avec la mission de l’établissement, d’autres rejettent d’emblée la proposition.

C’est le cas du professeur d’écologie animale de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Martin-Hugues Saint-Laurent, qui qualifie le projet de loufoque.

C’est une stratégie extrême de conservation, mais c’est aussi un immense constat d’échec, qu’on n'aura pas été en mesure de concilier notre aménagement du territoire, qu’il soit forestier, minier ou autre, avec notre engagement de conservation de la biodiversité.

Martin-Hugues Saint-Laurent, professeur d'écologie animale, UQAR

Le biologiste rappelle que l’élevage en captivité rend les animaux plus fragiles face à la prédation une fois remis dans leur milieu naturel. Il ajoute que le concept proposé s’approche plus de la formule du zoo.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine