Retour

Reconnaissance des droits des Métis : la décision de la Cour suprême bien accueillie au Saguenay-Lac-Saint-Jean

La Communauté métisse du Domaine-du-Roy et de la Seigneurie de Mingan (CMDRSM), qui compterait environ 5000 personnes, se réjouit du jugement de la Cour suprême qui reconnaît que les Métis et les Indiens non inscrits sont des « Indiens » au sens de la loi.

Les Métis et les Indiens non inscrits obtiennent donc un nouveau pouvoir de négociation pour obtenir d'Ottawa du financement et des programmes, puisqu'ils sont sous la responsabilité du gouvernement fédéral.

Dans la région, la CMDRSM s'est rendue jusqu'en Cour d'appel pour faire reconnaître ses droits. Il y a trois mois, elle a aussi cogné à la porte du gouvernement Trudeau.

La Communauté veut légalement établir ses liens avec une collectivité historique installée dès la colonisation à Chicoutimi. Elle réclame le recensement de 1851, mais le gouvernement fait la sourde oreille.

Son représentant, René Tremblay, pense que le jugement de la Cour suprême va aider la CMDRSM.

« C'est environ 530 personnes qui demeuraient ici à Chicoutimi, Charlevoix, Tadoussac, Lac-Saint-Jean », indique-t-il.

Approche commune

Avec la décision de la Cour suprême, les Métis veulent maintenant s'inviter dans les négociations pour un traité d'autonomie gouvernementale, au même titre que les Innus de Mashteuiatsh.

« On compte vraiment s'inviter, affirme René Tremblay. On compte vraiment demander au gouvernement du Canada de ne rien signer de tout ça sans avoir convoqué les Métis, tout comme les Innus. »

Journée historique

Pour l'historienne Russel Aurore Bouchard, qui s'est battue depuis 25 ans pour faire reconnaître l'identité métisse, il s'agit d'une grande victoire.

« C'est une impression de délivrance, c'est une impression d'accomplissement pour tous les travaux que j'ai faits depuis 25 ans, affirme Mme Bouchard. On est enclenché dans le processus constitutionnel, on attendait après ça depuis 1982, c'est-à-dire qu'il fallait qu'il y ait un premier jugement ou une reconnaissance officielle de l'État. Cette reconnaissance de l'État là n'étant pas venue, ça prenait un jugement de la Cour suprême pour nous reconnaître. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine