Retour

Recours collectif intenté par les victimes de l’ex-abbé Harvey : un premier témoignage

Le docteur Jean-Paul Fortin a été le premier témoin entendu lundi dans le cadre du recours collectif intenté par les victimes de l'ex-abbé Paul-André Harvey.

Le médecin est venu expliquer pourquoi il a écrit une lettre en 1969 pour demander à l'Évêché de venir en aide à celui qui était alors vicaire de sa paroisse. Le docteur Fortin a réaffirmé qu'il ne savait rien à l'époque des déviances sexuelles du religieux.

Malgré quelques hésitations et certains problèmes de mémoire, le docteur Fortin, âgé de 86 ans, a rappelé les circonstances entourant sa lettre envoyée à l'évêque de Chicoutimi, en février 1969 dans laquelle il mentionne le climat malsain qui règne dans la paroisse Sainte-Cécile de Kénogami et dit craindre pour la santé du vicaire Harvey.

L’abbé Harvey aurait souffert de dépression

Le médecin à la retraite a expliqué que Paul-André Harvey souffrait selon toutes les apparences d'une dépression. Il en attribuait la cause aux relations tendues qu'il entretenait avec le curé de la paroisse, un homme au caractère difficile selon lui. Le docteur Fortin assure n'avoir jamais soupçonné que Paul-André Harvey était un agresseur sexuel qui ferait des dizaines de victimes sur trois décennies.

L'avocat des requérants du recours collectif, Me Bruce Johnston, a demandé au médecin s'il avait des raisons de croire à l'époque que ces problèmes étaient liés à la déviance sexuelle qui s'était déjà manifestée chez l’abbé Harvey.

Comme il l'a fait lors d'une rencontre avec Radio-Canada en septembre dernier et en 2012 avec un représentant de la Mutuelle d'Assurance des fabriques, le docteur Fortin a assuré que non.

Son témoignage a tout de même permis d'apprendre que l'évêque de Chicoutimi, Mgr. Marius Paré, avait répondu à la lettre du médecin pour le remercier de son intervention et lui demander sa collaboration ultérieure.

Une réponse suffisamment ambiguë pour susciter quelques questions lors des travaux de la Cour supérieure.

Réaction de l’instigatrice du recours collectif

L'initiatrice du recours collectif contre l'ex-abbé Harvey et l'Évêché de Chicoutimi, Suzanne Tremblay, admet avoir été touchée lors de l'audition du témoignage du docteur Fortin. Elle a déclaré que son témoignage l’a replongé à l'époque où, petite fille, elle avait été victime des assauts du prêtre.

« Le docteur Fortin était à l’époque un médecin très considéré. C’est un homme honnête. Moi je peux pas parler à sa place, c’est possible qu’il ne savait pas. Je ne veux pas le discréditer. Il a témoigné en toute bonne foi, mais la population le savait » estime Suzanne Tremblay.

Le prochain témoignage attendu, mardi est celui du dernier évêque vivant ayant eu Paul-André Harvey parmi ses prêtres, Mgr. Jean-Guy Couture.

D'après le reportage de Denis Lapierre

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce garçon se fait prendre par le reste de sa famille!





Rabais de la semaine