Retour

Réglementation sur les drones attendue au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les opérateurs de drones commerciaux fondent beaucoup d'espoir sur la révision de la réglementation prévue cette année par Transports Canada. Ces nouvelles règles visent à mettre fin aux vols illégaux.

Pour un vol dans une zone à risques, une entreprise propriétaire de drones doit demander un certificat d’opération aérienne spécialisée à Transports Canada. Le traitement de cette demande peut prendre jusqu’à trois mois.

En raison de ces délais, certaines compagnies du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont perdu des contrats.

« On a perdu des contrats majeurs, dont un en Gaspésie, au détriment d'une compagnie qui le fait sans autorisation », explique un des propriétaires de Hovercam-UAV, Patrice Savard.

D’ici la fin de l’année, Transports Canada devrait ainsi modifier la réglementation entourant les drones de moins de 25 kilogrammes et avec lesquels les pilotes doivent garder un contact visuel.

Un système plus souple nécessaire

« Avoir un système plus souple et plus fluide va aider ces gens-là à utiliser leurs drones de façon légale. Puis, les délinquants seront peut-être un peu plus surveillés », croit le directeur de la recherche et du développement du Centre québécois de formation aéronautique (CQFA), Jean Laroche.

Pour l’instant, les entreprises sentent qu’elles sont limitées dans leurs opérations.

Je voudrais opérer comme une compagnie d'hélicoptères qui reçoit une demande pour un contrat et qui est capable de dire : ″ je peux être là dans 24 h. ″

Patrice Savard, Hovercam-UAV

« Le changement est essentiel parce que si on veut être 100 % légal pour faire nos vols de drones, on ferme la batterie puis on arrête », conclut le directeur d’Eckinox Média, Jean-François Tremblay.

D’après le reportage de Gilles Munger

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine