L'entreprise industrielle Remac, dans l'arrondissement de Jonquière, qui connaît des difficultés financières, revoit considérablement son champ d'activités.

Remac, qui emploie 85 personnes, délaisse le secteur de la construction. L'entreprise veut dorénavant se concentrer sur les équipementiers et la transformation de l'aluminium.

Selon la direction, cette stratégie a convaincu ses partenaires financiers de poursuivre leur appui, d'autant plus que la décision est basée sur deux contrats à long terme.

Dans cette optique, Remac vient de déposer une proposition concordataire à ses créanciers en vue d'éviter la faillite. L'entreprise propose un montant total de 150 000 dollars à partager entre ses créanciers non garantis, soit 15 cents pour chaque dollar de dette. La proposition aux créanciers garantis demeure cependant confidentielle. Il s'agit entre autres de la Banque de développement du Canada, de la Banque de Montréal et d'Investissement Québec.

Le syndic propose aux créanciers d'accepter cette proposition lors de l'assemblée qui aura lieu le 21 octobre.

Plus d'articles

Commentaires