Retour

Rencontre avec la famille syrienne parrainée par le premier ministre Philippe Couillard

La famille de réfugiés syriens parrainée par le premier ministre Philippe Couillard poursuit son intégration au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette semaine, elle participait à un camp de vacances au Centre du lac Pouce.

Habib Jarboue, sa conjointe, Rania Rahhal, et leurs enfants, Wafa et Somar, sont arrivés de Syrie il y a six mois. En raison de la guerre, les réfugiés ont dû fuir leur pays et laisser derrière eux une partie de leur vie.

Le père de famille affirme avoir apprécié l'accueil chaleureux qu'il a reçu.

Lui et ses proches poursuivent leur apprentissage du français. Pour la famille syrienne, ce camp de vacances au lac Pouce est l'occasion de se forger des souvenirs plus heureux.

« La première chose qu'on a faite, c'est du camping, raconte la jeune Wafa Jarboue. On s'est assis à côté du feu et on a joué dehors. On a fait beaucoup de choses intéressantes. »

Une première pour le lac Pouce

Le Centre du lac Pouce accueillait six familles de nouveaux arrivants cette semaine à l'occasion de ce camp de vacances. C'est la première fois que l'organisme tenait un événement du genre.

Les participants ont pris part à plusieurs activités, comme le camping, la pêche, le tir à l'arc et le kayak. Le camp de vacances a permis aux familles de découvrir leur région d'adoption d'une autre façon et de briser l'isolement.

Le responsable de l'animation au Centre, Hubert Boudreault, précise que des notions d'histoire de la région et du Québec sont notamment intégrées aux activités, tout en profitant des installations du lac Pouce et de la nature environnante.

Aide financière

Le Centre, situé dans le secteur de Laterrière, à Saguenay, a obtenu une subvention du gouvernement fédéral afin d'offrir ce moment de répit aux nouveaux arrivants.

« C'est une idée que l'on présente depuis maintenant 10 ans », explique Laval Dionne, le directeur du Centre du lac Pouce. Il affirme que seulement un ou deux projets semblables se voient accorder une aide financière chaque année.

« Les vacances ne sont pas toujours accessibles pour tout le monde financièrement. Il faut donc valoriser le sens des vacances, prendre le temps avec eux et leur montrer comment on fait ça chez nous », mentionne-t-il.

Le directeur du Centre espère être en mesure de répéter l'expérience l'an prochain.

D'après le reportage de Jessica Blackburn

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine