Retour

Retard dans la construction des brise-glaces : la direction de Port-Saguenay s'inquiète

Le retard que prend le gouvernement canadien à remplacer ses vieux brise-glaces suscitent de l'inquiétude chez le directeur général du Port de Saguenay.

Carl Laberge dit avoir écouté avec beaucoup d'attention le reportage de Radio-Canada diffusé mercredi qui a mis au jour un document secret, selon lequel il est urgent d'amorcer le remplacement de ces navires pour éviter de paralyser les activités portuaires hivernales au pays.

Au terminal maritime de Grande-Anse dans l'arrondissement de La Baie, où l'activité portuaire est tributaire de la présence de brise-glaces 3 mois sur 12, plusieurs contrats et projets pourraient être remis en question si la Garde côtière canadienne n'était plus en mesure d'assurer le service.

« Cela fait partie des avantages qu’on a au Saguenay d’être capable de rentrer des grands navires à l’année, c’est ce qu’on vend à la clientèle », fait valoir Carl Laberge.

Il ajoute que la direction du port veut être en mesure de conserver cette capacité à expédier des produits sur les marchés 12 mois par année.

« C’est important quand on dit au client que c’est disponible, que ça va être disponible dans le futur, parce qu’on projette sur le moyen et sur le long terme. Donc, il faut que les infrastructures, qui sont de la responsabilité du gouvernement fédéral, suivent également », souligne le directeur général de Port Saguenay.

En février dernier, un navire transportant de la bauxite pour Rio Tinto était resté prisonnier des glaces du Saguenay à la hauteur du village de Rivière-Éternité, parce qu’aucun brise-glace de la Garde côtière n’était disponible, une situation qu’avait dénoncée la multinationale.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine