Retour

Rio Tinto et ses syndicats demandent un conciliateur

Le syndicat des employés de l'aluminerie d'Alma et Rio Tinto demandent au ministère du Travail de nommer un conciliateur pour faire avancer les négociations en cours.

Cette demande concerne aussi les employés de la division Énergie électrique nord, ceux des services ferroviaires, ainsi que les policiers de Rio Tinto. Les pourparlers portent sur l'ensemble de la convention collective ainsi que sur le régime de retraite des travailleurs. Les discussions ont repris cet automne après avoir été suspendues durant l'été.

Négociations difficiles

Le porte-parole du syndicat des travailleurs d'Alma, Alexandre Fréchette, refuse de parler de rupture des négociations à ce stade-ci. « On ne s'est pas quitté en mauvais termes, on en est simplement venu à la conclusion que ça prenait probablement de l'aide », indique-t-il.

« Tout ce qui peut faciliter la recherche de solutions, nous on embarque là-dedans, on est parti prenante de la démarche », ajoute M. Fréchette.



Pour sa part, la porte-parole de Rio Tinto, Xuan Lan Vu, n'hésite pas à employer le mot « impasse » pour qualifier l'état des négociations.

Elle confirme qu'une demande de conciliation a été acheminée à Québec et que la compagnie souhaite toujours s'entendre avec ses employés.

Installations portuaires

Pour ce qui est des employés des installations portuaires de l'arrondissement de La Baie, une demande de conciliation a également été faite il y a quelques semaines. Elle a cependant été acheminée au gouvernement fédéral puisque ces installations relèvent d'une autre juridiction.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine