Retour

Rio Tinto investit 2,1 M$ dans une étude de faisabilité à l’usine Laterrière

Rio Tinto lance une étude afin de définir une nouvelle façon d'utiliser les salles de cuves à l'usine Laterrière et d'en évaluer les coûts et la faisabilité.

L'étude commandée par Rio Tinto va évaluer comment améliorer la circulation des ponts roulants en agrandissant la portion sud de l'usine.

L'usine Laterrière pourrait ainsi accroître de 15 000 tonnes sa capacité de production de métal chaud à l'électrolyse.

L'intensité passerait de 205 000 à 219 000 ampères. Rio Tinto souhaite que les cuves soient alimentées en alumine toutes les 12 heures au lieu de 18 heures.

Mise en service en 1989, la technologie de l'usine Laterrière est moins performante que celle des alumineries plus récentes. Son coût de production varie de 1500 $ à 2000 $ la tonne, pendant que l'aluminium se vend 1560 $ la tonne sur les marchés.

Le chef des opérations par intérim de Rio Tinto métal primaire, Guy Gaudreault, affirme que l'étude commandée par l'entreprise s'impose.

« C'est le genre de projet que plus vite on peut réaliser, plus vite on peut mettre en place, plus vite on peut ramener de la rentabilité puis de la compétitivité à nos usines. C'est ça le but », dit-il.

L'usine Laterrière compte près de 400 employés.

On y retrouve 432 cuves à anodes précuites. Elle produit du métal chaud et des lingots de laminage.

Plus d'articles

Commentaires