Retour

Rio Tinto veut agrandir le site de disposition des résidus de bauxite

Rio Tinto consulte les résidents voisins du complexe Jonquière sur son projet d'agrandissement du site de disposition des résidus de bauxite. Près de 300 personnes ont assisté à la première rencontre de consultation.

Un texte de Chantale Desbiens

La compagnie souhaite prolonger de 25 ans la durée de vie du site, qui atteindra sa pleine capacité en 2022, ce qui assurerait d'autant l'avenir de l'usine Vaudreuil. L'étude de préfaisabilité nécessite un investissement de 6,3 millions de dollars.

Elle projette de construire un bâtiment où seraient installés de cinq à six filtres industriels pour assécher les résidus de bauxite avant de les étendre au sol. Les résidus qui prennent actuellement trois ans à assécher le seraient en quelques minutes.

Cette solution permettrait, entre autres, de réduire la surface nécessaire pour entreposer les résidus de bauxite et réduire les risques d'émission de poussière.

Le directeur de l'usine Vaudreuil, Jean-François Nadeau, précise que dans la première phase du projet, les résidus de bauxite filtrés seraient transportés dans le site actuel, qui serait rehaussé de 30 mètres. Sa durée de vie serait ainsi prolongée de huit ans, jusqu'en 2030, avant d'être restauré.

La deuxième phase prévoit le développement d'un nouveau site d'entreposage à l'est de l'usine Vaudreuil, sur les terrains de Rio Tinto. Les résidus de bauxite pourraient être entreposés pendant les 17 années suivantes.

Les premières résidences sont situées à une distance minimale de 500 mètres du site d'entreposage.

Des emplois en jeu, selon Rio Tinto

Si Rio Tinto n'arrive pas à trouver une solution pour disposer de ses résidus de bauxite, l'usine Vaudreuil devra fermer ses portes, rappelle Jean-François Nadeau.

Quelque 1000 emplois directs dépendent de l'usine Vaudreuil avec le site de disposition des résidus de bauxite, l'usine de fluorure, l'usine de produits chimiques hydrates et les installations portuaires de Rio Tinto.

« Si tu as des emplois directs de perdus, tu as environ un ratio  2 à 2,5 fois l'équivalent en emplois indirects, affirme le directeur de l'usine Vaudreuil. On peut parler d'un impact de 1000 emplois directs et jusqu'à un potentiel de 3500 emplois si on inclut les indirects. Rappelons-nous que c'est 135 millions de retombées économiques dans la région la transformation de la bauxite ici. »

Un site d'entreposage qui dérange

Près de 6200 citoyens sont touchés par le projet d'agrandissement de Rio Tinto. Les plus proches voisins du site d'entreposage de ce qui appelé communément les boues rouges se plaignent du bruit des camions qui y circulent et de la poussière du site.

Le rehaussement de la pente du site actuel les inquiète. Un citoyen de la rue Marquette, Robin Boulianne, a rappelé l'épisode de la poussière rouge qui s'était répandue dans son quartier, en janvier 2013. Il se demande toujours si les résidus de bauxite sont toxiques. « Je vais vous dire qu'est-ce que vous avez lavé cette fois-là. Vous avez lavé votre conscience », a-t-il lancé.

Plusieurs participants ont suggéré d'utiliser l'ancien site d'entreposage du secteur de Laterrière, en y pompant les boues par la canalisation existante pour éviter d'aménager un troisième site. Selon Rio Tinto, cette solution n'est toutefois pas viable économiquement et techniquement puisque la canalisation traverse des quartiers résidentiels et des terres agricoles. Son utilisation durant l'hiver est également problématique.

Pour sa part, Marlène Déry s'inquiète de la sécurité du site d'entreposage.

Cette question des emplois liés au maintien de l'usine Vaudreuil a aussi été soulevée par un participant. « Ça fait plusieurs fois que vous mettez l'odieux de la fermeture de l'usine sur notre dos », déplore-t-il. « Si Rio Tinto a le désir de fermer l'usine Vaudreuil, on ne fait pas de réunion ici et on ferme », a répondu le directeur de l'usine, Jean-François Nadeau.

Les consultations ciblées se déroulent lundi, mardi et mercredi. Par la suite, Rio Tinto va préparer son étude d'impact social et environnemental pour tenir des consultations publiques en 2016.

Une décision sera prise en 2017. Si Rio Tinto va de l'avant avec la filtration des résidus de bauxite et l'agrandissement du site d'entreposage, la nouvelle technologie pourrait être utilisée d'ici 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine