Retour

Roberval veut un transporteur aérien à son aéroport

La Ville de Roberval souhaite élargir son offre de services. Sans transporteur aérien depuis plusieurs années, elle veut rétablir les vols à destination d'autres villes québécoises. Une compagnie d'aviation a même déjà montré de l'intérêt.

Actuellement, seuls de petits avions appartenant à des propriétaires privés partent de l’aéroport de Roberval.

Le maire Guy Larouche a déjà une bonne idée des gens qu’il veut attirer avec ce nouveau service.

« C'est vraiment le marché au niveau du tourisme d'affaires […] et également le marché grand public », explique le maire.

Si à ce jour plusieurs transporteurs ont déserté l'aéroport par manque de rentabilité, la firme responsable d'évaluer la viabilité du projet croit qu'il est possible de retrouver ce service.

« Ce que ça va prendre, ce n'est pas seulement de lancer, mais ça va prendre un marketing qui va se poursuivre à toutes les semaines. Donc, il faut continuer à informer les gens. On a besoin de rappeler que le service existe. On a aussi besoin de le rendre compétitif », estime l’associé principal à la firme Explorer Solutions, Christian Perreault.

Le maire de Roberval veut d’ailleurs faire des pressions sur les gouvernements pour rendre les vols plus attrayants.

« Ça va prendre une tarification qui correspond au marché et le gouvernement va devoir revoir ses positions là-dessus, qu'on pense au fédéral et également au provincial, pour arriver avec une tarification qui est beaucoup plus adéquate », précise Guy Larouche.

La Ville a publié un sondage sur son site Internet afin de déterminer les besoins de la population. Il sera en ligne jusqu’au 21 avril.

Un transporteur de Saint-Hubert intéressé

Pour l'instant, un transporteur de Saint-Hubert aimerait offrir le service.

« Il s'agit de faire un geste concerté et, ici, on sent la volonté des gens de la place. Donc, oui, on y croit et on va mettre l'épaule à la roue jusqu'à la fin », affirme le directeur des affaires publiques et du développement chez Max Aviation, Michel Ratté.

D’après le reportage de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires