Retour

Saguenay discute avec un homme d’affaires afin de reloger des organismes culturels

La Ville de Saguenay négocie actuellement avec l'homme d'affaires Paul Boivin pour reloger plusieurs organismes culturels au Carrefour Racine. La plupart sont présentement locataires au cégep de Chicoutimi.

Il s'agit de l'École de musique de Chicoutimi, des Farandoles, de l'Académie de ballet et de la Société d'art lyrique. Le Carrefour Racine, qui appartenait à la Ville, a été acheté par Paul Boivin, qui s'était engagé à y construire un hôtel et à créer des emplois au centre-ville.

C'est l'École de musique de Chicoutimi qui a été mandatée par la Ville pour agir comme répondant auprès du promoteur. « On s'est engagé auprès du promoteur à concrétiser le projet », dit le président de l'École de musique de Chicoutimi, Marcel Trudel. Il ajoute que si le projet se réalise selon les plans, son organisation sera satisfaite.

Pour sa part, la chef de l'opposition à Saguenay, Josée Néron, préférerait que la Ville se tourne vers l'édifice de la congrégation des Soeurs du Bon-Conseil qui est à vendre et qui possède un amphithéâtre. « Cela permettrait de fournir un logement à moindre coût, à 5 $ du pied carré. À l'inverse, avec M. Boivin, ça pourrait être de 20 $ le pied carré. À long terme, c'est plus payant pour les citoyens et les organismes d'aller vers ce choix-là », souligne Josée Néron.

Saguenay a vendu le Carrefour Racine à Paul Boivin au printemps 2013, sous promesse d'un investissement de plusieurs millions. En 2015, l'homme d'affaires parlait encore d'investir 16 millions dans ce complexe.

Plus d'articles