Retour

Saguenay évalue la pertinence du développement immobilier

La Ville de Saguenay veut mener une étude d'impact fiscal sur les coûts et les bénéfices des nouvelles constructions sur son territoire.

Le taux d'inoccupation des logements est l'un des plus élevés au Québec et certaines maisons peinent à trouver preneur alors que des nouveaux quartiers ont poussé comme des champignons au cours des prochaines années.

Depuis 2008, il s'est construit plus de 7000 maisons, jumelés, maisons en rangées et appartements à Saguenay.

« Ce qui est certain, c'est qu'avec le ralentissement de la croissance de la population et même la décroissance depuis quelques années, la demande de logements était moins soutenue et le rythme de construction était trop fort par rapport à la demande et on a vu par la suite le ralentissement des mises en chantier pour s'ajuster à la nouvelle réalité du marché », explique l’analyste principal de marché de la Société canadienne d'hypothèque et de logement, Nicolas Bernatchez.

Analyse en profondeur

La mairesse, Josée Néron, s'interroge sur l'apport des nouveaux quartiers.

« On doit regarder au niveau d'une étude d'impact fiscal. Est-ce que le fait que j'ouvre un nouveau quartier pour l'ensemble de la communauté implique un coût ou un revenu? », se demande-t-elle.

Elle estime que le conseil municipal doit agir en bon gestionnaire pour s’assurer que les projets soient bénéfiques pour l’ensemble de la population.

Déjà, Saguenay a signifié son intention d’adopter des politiques pour inciter les familles à s'établir dans les maisons déjà bâties.

Le promoteur immobilier du Domaine Le Luxuor, Gilles Dufour, soutient que la Ville doit être prudente.

« Ça m'a coûté 2,8 millions et je l'ai donné à la Ville. Eux, ils récoltent les taxes. Je pense que c'est un bon investissement pour eux », croit-il.

Selon lui, la demande pour des constructions neuves est bien réelle et la Ville doit s’assurer de maintenir un équilibre dans le secteur immobilier.

Plus d'articles