Retour

Saguenay nomme Alain Girard comme vérificateur général par intérim

L'ex-vérificateur général de Saguenay, Alain Girard, accepte de reprendre ses fonctions pour un mandat intérimaire de 180 jours, jusqu'au 5 décembre prochain.

Un texte de Chantale Desbiens

Il ne pourra pas être en fonction au-delà de cette date parce qu'il a déjà été vérificateur général à Saguenay, de 2002 à 2009. M. Girard a ensuite assumé la même fonction à Gatineau.

Le poste est vacant depuis le début du mois de mai. Il remplacera Rina Zampieri qui a terminé son mandat de sept ans le 26 avril.

Rina Zampieri avait accepté de poursuivre puisque la Ville de Saguenay espérait que le gouvernement du Québec prolonge le mandat des vérificateurs généraux municipaux de sept à dix ans. Or, les dispositions à cet effet ont été retirées du projet de loidéposé par Québec. Mme Zampieri a donc remis sa démission et décidé de prendre sa retraite.

Saguenay paiera 80 000 $ en plus des avantages sociaux à Alain Girard pour les six mois d'intérim. Le maire Jean Tremblay a précisé que le contrat de travail sera négocié par le comité exécutif.

Les conditions de travail de M. Girard ont fait l'objet de discussions, alors que la conseillère de Shipshaw Julie Dufour a déploré ne pas avoir vu son contrat de travail.

« C'est la loi, je suis super contente que ma ville respecte la loi, a tout de même ajouté Mme Dufour. Pour moi, c'est une super bonne nouvelle à Saguenay. » La conseillère demande aussi qu'un appel de candidatures public soit lancé pour recruter un nouveau vérificateur général.

La nomination d'Alain Girard a été approuvée à l'unanimité.

Boulevard de l'Université

Le conseil de Saguenay a remis à une prochaine réunion l'adoption de mesures pour améliorer la sécurité sur le boulevard de l'Université, entre la rue des Roitelets et le boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Le président du comité de la sécurité publique, Carl Dufour, a indiqué au cours des derniers jours que la vitesse serait réduite de 90 km/h à 70 km/h. Toutefois, le maire Jean Tremblay affirme que des solutions plus efficaces peuvent être mises en place, comme l'ajout d'un radar photo, pour inciter les automobilistes à être plus prudents sur cette portion du boulevard.

Saguenay attend aussi les rapports du coroner concernant les deux accidents mortels survenus dans les derniers mois avant de procéder à d'autres changements sur le boulevard de l'Université.

D'importants travaux d'asphaltage à venir

Des travaux routiers seront effectués à plusieurs endroits à Saguenay au cours des prochaines semaines, alors que la Ville prévoit dépenser un montant de 15 millions de dollars cette année pour l'asphaltage. « Cette année, il faut donner le grand coup », indique le maire Jean Tremblay. L'enveloppe a été bonifiée de près de 4,5 millions de dollars.

Le prix de l'asphalte permettra de réaliser de 20 % à 25 % de travaux supplémentaires. « On a des prix plus bas cette année, souligne le maire Tremblay. Pas mal plus bas, la différence est impressionnante. »

Les travaux doivent s'amorcer d'ici deux semaines et s'étendre jusqu'au 15 octobre.

Contre une politique de consultation citoyenne

Après une quarantaine de minutes de discussion, les élus de Saguenay ont rejeté la proposition de la chef de l'Équipe du renouveau démocratique Josée Néron pour l'élaboration d'une politique de consultation citoyenne.

Parmi les 12 conseillers contre la proposition, plusieurs ont dit qu'une telle politique n'était pas nécessaire puisqu'ils consultaient déjà régulièrement les citoyens lors de rencontres de groupe ou individuelles.

« Dans tous les travaux qu'on fait, les conseillers, il y a beaucoup de consultation qui s'exerce et malheureusement, ce n'est pas mis en évidence. C'est un travail de terrain, on rencontre des gens le soir », précise Luc Boivin.

Pétition du comité des Citoyens pour un Vaudreuil durable

Le comité des Citoyens pour un Vaudreuil durable a déposé une pétition de plus de 1000 noms pour contester le projet d'agrandissement du site d'entreposage des résidus de bauxite de Rio Tinto.

La représentante du comité, Lana Pedneault, a donné en exemple le projet d'aménagement d'une carrière dans le rang Saint-Roch, à la limite des anciennes villes de Chicoutimi et de Laterrière, que des citoyens ont réussi à bloquer après s'y être opposés avec une pétition d'une centaine de noms.

Mme Pedneault a aussi demandé au maire Tremblay si les citoyens qui n'ont pas les moyens de se payer des lobbyistes passent derrière les citoyens corporatifs comme Rio Tinto.

Plus d'articles

Commentaires