Saint-Fulgence serait au Saguenay-Lac-Saint-Jean ce que l'île d'Orléans est à la Capitale-Nationale. Le géographe Majella Gauthier de l'UQAC a découvert l'existence de microclimats qui font de Saint-Fulgence un terreau fertile pour l'agriculture.

« C'est un microclimat plus chaud qu'on retrouve ici par rapport à Saint-Honoré, au Lac-Saint-Jean ou à la plaine de Bagotville », soutient le chercheur.

À la lumière de cette découverte, Saint-Fulgence pourrait cultiver sept fois plus de terres sur son territoire que ce qu'elle fait actuellement.

« C'est à moins d'un kilomètre du Saguenay parce que l'eau du Saguenay a une influence. C'est aussi à moins de 100 mètres d'altitude. C'est aussi sur des terres orientées vers le sud, sud-est, sud-ouest, c'est aussi des terres qui sont bien pourvues en sols cultivables », mentionne Majella Gauthier.

Tous ces éléments réunis font en sorte que les terres du secteur sont de véritables trésors. C'est le cas aux Jardins de Sophie.

« On peut penser panet, céleri-rave, toutes les cultures de courges par exemple, qui nécessitent une période de chaleur. Donc, un climat comme ici nous permet d'oser faire des cultures qu'on n'oserait pas faire dans d'autres secteurs de la région parce que les gels se terminent très tard au printemps et arrivent très tôt à l'automne », explique la propriétaire de l'entreprise, Sophie Gagnon.

Le rapport de recherche de Magella Gauthier sera publié cet automne.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine