Tandis que Victor Mete s'est révélé être la plus belle surprise du Canadien, un autre défenseur à qui on le compare souvent, Samuel Girard, a réussi à convaincre les Predators de Nashville de lui faire une place dans leur brigade défensive, qui ne manque pourtant pas de ressources.

Un texte d’Alexandre Gascon

À l’évidence, la longue convalescence du capitaine adjoint des Predators, Ryan Ellis, a joué en faveur du petit arrière québécois de 1,78 m (5 pi 10 po).

Mais sa constance, un mot à la mode dans la Ligue nationale, a fait pencher la balance.

« Ce qu’ils ont vraiment aimé de ma part, c’est que j’ai été constant. J’ai joué quatre matchs et je les ai tous bien joués », a expliqué Girard, joint par Radio-Canada Sports mardi.

« Ça faisait un bout que j’attendais pour savoir ce qui allait m’arriver et je ne pouvais pas demander mieux », a-t-il ajouté.

Absent du match d’ouverture

Girard ne s’attend pas à disputer le match d’ouverture des Predators à Boston jeudi.

Sans lui dire directement, l’entraîneur Peter Laviolette et le directeur général David Poile lui ont laissé entendre qu’il demeurait pour l’instant dans l’entourage de l’équipe afin d’accumuler de l’expérience.

« Ils veulent que je pratique avec l’équipe, le vibe de l’équipe, que je passe du temps avec les entraîneurs et tout », a dit Girard.

Pendant le camp, il a joué tour à tour avec Roman Josi, Yannick Weber et Matt Irwin, tantôt sur le flanc gauche, tantôt à droite.

En quatre matchs, il a maintenu un différentiel de +6 en plus de récolter une passe. Laviolette l’a utilisé pendant plus de 24 minutes à son dernier match préparatoire.

À l’image de Mete, on peut penser qu’il disputera quelques matchs dans la LNH avant d’être renvoyé aux Cataractes de Shawinigan pour sa dernière année d’admissibilité dans le hockey junior. Il peut en jouer neuf au maximum avant que la première année de son contrat s’écoule.

Girard et Mete, la ressemblance

Dix-neuf ans, défenseur à caractère offensif, petit gabarit; Girard a toujours été comparé à Mete.

Ils ont remporté la médaille d’or ensemble au tournoi Ivan Hlinka, le championnat mondial des moins de 18 ans, en 2015.

L’an dernier, on s’attendait à ce que l’un d’entre eux soit de la formation d’Équipe Canada junior pour le tournoi disputé à Montréal et à Toronto, mais pas les deux entendait-on, étant donné leur style similaire.

Joël Bouchard et Dominique Ducharme les avaient finalement retranchés.

Les voilà tous deux sur le point de prouver que leur taille ne les empêchera pas d’atteindre la Ligue nationale.

Girard croit d’ailleurs que les petits défenseurs seront de plus en plus monnaie courante.

« La grandeur a encore un petit peu rapport, mais on en voit de plus en plus des plus petits, a lancé le Québecsois. C’est un jeu de vitesse présentement, plus rapide, les joueurs ont de meilleures mains. »

« Faut que tu sois intelligent. Le positionnement de ton corps et surtout celui de ton bâton, c’est ce qu’il y a de plus important. Dans la LNH, le bâton, surtout pour un défenseur, c’est de ça dont tu as le plus besoin », a-t-il fait valoir.

Plus d'articles

Commentaires