Retour

Seconde journée de débrayage à la scierie Produits forestiers Petit Paris

La centaine de travailleurs de la scierie Produits forestiers Petit Paris de Saint-Ludger-de-Milot a débrayé pour une deuxième journée, mercredi. Ils ont un mandat de grève à exercer au moment jugé opportun.

Le 4 avril, une soixantaine de travailleurs étaient sortis devant les bureaux de la Coopérative forestière de Petit Paris.

L'employeur demande maintenant au syndicat affilié à la CSN de revenir à la table de négociation.

Le président-directeur général de l'entreprise, Alain Paradis, espère que le conciliateur au dossier pourra réunir les deux parties d'ici lundi pour conclure une entente sur les conditions salariales.

Une entente de principe existe déjà entre les parties sur les éléments normatifs du prochain contrat de travail.

Alain Paradis affirme que le renouvellement d'une convention collective avec les travailleurs est nécessaire pour procéder à des investissements qui garantiront la viabilité de la coopérative.

« Selon l'évaluation qu'on a faite, on va offrir des choses à la mesure des rentabilités qui sont possibles, dit-il. C'est clair qu'on a des projets d'investissements. Ces projets d'investissements là vont nous permettre d'assurer une rentabilité à notre entreprise, ce qui n'est pas le cas présentement comme bien d'autres dans le secteur d'activités. »

Investissements prévus

La Coopérative forestière de Petit Paris a annoncé des investissements de 4 millions de dollars dans la modernisation des installations de séchage de bois d'œuvre à la scierie.

Les équipements actuels fonctionnant au mazout lourd seront remplacés par des équipements qui utilisent la biomasse forestière résiduelle. La capacité de séchage du bois augmentera de 20 %.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine