Retour

Site de boues rouges : les résidents du boisé Panoramique mécontents de la zone tampon

La consultation menée par la Ville de Saguenay sur la création d'une zone tampon afin de permettre le projet d'agrandissement du site de résidus de boues rouges de Rio Tinto n'a pas permis de répondre aux nombreuses inquiétudes soulevées par les citoyens, mardi soir.

Une quarantaine de citoyens, dont plusieurs provenaient du quartier du boisé Panoramique de l’arrondissement de Chicoutimi, qui sera touché par le projet du producteur d’aluminium, ont exprimé beaucoup de craintes lors de cette soirée de consultation qui se déroulait à l’hôtel de ville à Chicoutimi.

La séance d’information et de consultation était présidée par le conseiller municipal Simon-Olivier Côté, qui préside la commission d’urbanisme de la ville. Deux fonctionnaires l’accompagnaient.

Création d’une zone tampon

En vue de répondre à la demande de Rio Tinto, qui projette d’agrandir son site de résidus de boues rouges provenant de l’usine Vaudreuil de Jonquière, la Ville de Saguenay a modifié le règlement d’urbanisme du secteur visé et a prévu une zone tampon entre les limites du futur site de résidus et le quartier résidentiel du boisé Panoramique.

L’objectif de cette zone tampon est de minimiser les impacts de la présence du site de résidus miniers de Rio Tinto sur le secteur résidentiel.

Par contre, l’entreprise pourra par exemple y construire ou modifier des bâtiments ou des installations reliés à son site de résidus ou effectuer des travaux de remblai.

Pourquoi Saguenay a accepté qu’une zone tampon soit prévue au projet de Rio Tinto, ont demandé des citoyens?

Le conseiller municipal Simon-Olivier Côté a répondu que la multinationale voulait au départ tout le secteur qu’elle convoitait. Elle a finalement accepté la proposition de la Ville d’avoir une zone intermédiaire entre son site et la zone résidentielle.

Bassin de rétention

Plusieurs citoyens déplorent que certaines parties de la zone tampon se trouvent à 100 mètres seulement de terrains résidentiels, dont un bassin de rétention pour les boues rouges qui ne sera pas à toute épreuve selon eux.

« Le bassin de rétention, c’est la zone la plus dangereuse et vous la placez la plus proche des maisons et il peut arriver des accidents », a déclaré Pierre-Paul Legendre, qui ajoute que Saguenay n’a pas appliqué le principe de précaution dans ce projet.

Poussières des résidus de boues rouges

La question de l’impact du projet de Rio Tinto sur la santé publique a aussi été abordée, notamment la poussière générée par le transport des boues rouges.

Valeur des propriétés

Plusieurs citoyens appréhendent sérieusement une baisse de valeur des maisons du boisé Panoramique avec le projet de Rio Tinto et de nombreuses maisons sont déjà à vendre.

« Moi, mon voisin d’en avant, y’est obligé de dire à ceux qui vont acheter qu’il va y avoir une cochonnerie pas loin. Il n’est pas capable de vendre. Qu’est-ce que nos maisons vont valoir? » a demandé Luc Caron, un résident du quartier.

Des conseillers municipaux présents à la consultation ont souligné que Saguenay avait mis sur pied un comité spécial pour examiner toute cette question, dont l’impact de ce projet sur la valeur marchande des maisons.

Cette soirée de consultation a suscité beaucoup plus de questions que de réponses des responsables municipaux qui ont reconnu que la Ville ne connaît pas tous les détails, les intentions de Rio Tinto et les impacts du projet de la multinationale.

Autre séance de consultation

À une demande d’un contribuable, le président de la commission d’urbanisme s’est dit ouvert à ce que la Ville tienne une autre séance de consultation, cette fois avec des responsables de Rio Tinto qui pourraient expliquer le projet en détail.

Le conseiller a ajouté qu’en attendant, les autorités municipales vont poursuivre leur travail dans ce dossier et tenter d’apporter des réponses aux préoccupations des citoyens concernés.

Plus d'articles