Retour

Soulagement à Saint-Honoré avec la fin de la grève chez Niobec

La fin du conflit de travail qui durait depuis cinq semaines chez Niobec met un terme à une période d'inquiétude à Saint-Honoré, où habitent 20 % des 280 travailleurs syndiqués de la mine.

Si elle s’était prolongée, la grève aurait pu avoir de graves conséquences pour l’économie de la municipalité de 5200 habitants.

« C’est sûr qu’on a évalué tous les scénarios, affirme le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay. L’historique régional des conflits, il n’y en a pas un qui a bien tourné. Alors on est pas mal fiers que ce soit réglé. »

Grâce à la période estivale et aux vacanciers dans le secteur, la plupart des commerçants de Saint-Honoré n’ont pas trop subi les effets de cette grève.

« En plein hiver, peut-être que la chanson n’aurait pas été la même », souligne la propriétaire de l’Inter Marché, Chantale Deschênes.

D’autres, pour qui les affaires étaient plus difficiles, ont trouvé le moyen de faire fonctionner leurs commerces. Par exemple, le propriétaire du restaurant le St-Ho, Augustin Dussault, faisait préparer et livrer des pizzas aux travailleurs au piquet de grève.

« C’était en solidarité un peu, car c’est ma clientèle qui venait auparavant, explique-t-il. Et en ce temps de grève, j’ai dit : "J’appuie ma clientèle qui est fidèle. Je me suis dit c’est à mon tour!" »

Les travailleurs syndiqués à Unifor ont accepté à 78 % la proposition du conciliateur. Le nouveau contrat de travail de quatre ans prévoit près de 10 % d’augmentation salariale. Les travailleurs recevront également 3000 $ à la signature de la convention collective et le régime de retraite sera bonifié.

Les affaires devraient reprendre rapidement. Selon le protocole d’entente, les travailleurs seront de retour à la mine lundi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine