Retour

Spectre de l’autisme : Québec investit 700 000 $ dans la région

Le gouvernement Couillard concrétise son Plan d'action sur le trouble du spectre de l'autisme. Il débloque une enveloppe de 708 000 $ afin de venir en aide aux personnes souffrant du trouble du spectre de l'autisme et à leurs familles au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Une somme récurrente de 628 200 $ fait partie de ce montant.

Cet investissement s’inscrit dans le Plan d’action sur le trouble du spectre de l’autisme 2017-2022.

Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, cet investissement permettra d’augmenter le nombre d’enfants de moins de cinq ans qui bénéficient du programme d’intervention comportementale intensive. Il contribuera aussi à éliminer les listes d’attente et à augmenter le nombre de familles qui reçoivent du soutien pour des services de répit, de dépannage et de gardiennage.

On estime que 340 personnes et leurs familles pourront profiter des services développés grâce à ce nouveau financement pour la région.

La PDG du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Martine Couture, a présenté l’un des programmes visés par cette annonce.

« Cet argent va servir pour un type d’intervention spécifique, l’intervention comportementale intensive auprès des enfants de 0 à 5 ans pour les aider à adopter des comportements adéquats : gestion de la colère, gestion de l’anxiété, mais avec des outils particuliers, un travail en équipe multidisciplinaire spécifique auprès de l’enfant et de sa famille ».

Le Plan d’action sur le trouble du spectre de l’autisme est le résultat du premier Forum québécois sur le trouble de l’autisme qui s’est tenu au Québec en février 2016.

Pour l’ensemble du Québec, le gouvernement Couillard va consacrer une somme annuelle récurrente de 29 millions de dollars ainsi qu'un montant additionnel de 1,25 million de dollars pour soutenir la recherche, la formation et la production d’outils d’intervention.

En outre, 11 millions s’ajoutent pour la première année afin de réduire les listes d’attente.

Plus d'articles