L'ex-député péquiste et bloquiste de Lac-Saint-Jean, Stéphan Tremblay, se porte à la défense du député de Dubuc, Serge Simard, qui s'est fait réprimander cette semaine à l'Assemblée nationale parce qu'il regardait une vidéo au lieu de suivre les travaux en commission parlementaire.

Stéphan Tremblay, qui a siégé à Québec et à Ottawa, connait bien le processus parlementaire. Il affirme que la mésaventure de Serge Simard illustre à quel point les travaux sont parfois lourds et ennuyeux en commission parlementaire.

En entrevue à l'émission Café, boulot, Dodo, l'ex-député a expliqué que les discussions sur les projets de loi ont déjà eu lieu en caucus et à l'Assemblée nationale.

« Quand on étudie un projet de loi article par article, la position du parti a déjà été discutée en caucus. Admettons que le ministre présente le projet de loi qu'il veut faire adopter, il en présente le contenu, là c'est aux députés de dire moi je ne suis pas d'accord avec ça, je pense qu'il faudrait faire ça comme ça. Le combat dans un parti politique se fait à ce moment-là », précise Stéphan Tremblay.

Il ajoute que les députés présents en commission parlementaire y sont pour approuver les amendements proposés.

« Si le député de Dubuc M. Simard était en train de regarder une vidéo de Céline Dion, je le condamne, affirme Stéphan Tremblay. Si, par contre, il était en train de regarder en différé le bulletin de nouvelles régionales de Radio-Canada parce qu'il n'avait pas eu le temps de l'écouter à 6 h, je me dis OK, il faisait peut-être bien son travail. »

M. Tremblay a aussi admis qu'il lui arrivait d'apporter du travail de bureau lorsqu'il siégeait en commission parlementaire ou à la période de questions.

Plus d'articles