Retour

Stéphane Bédard quitte la vie politique pour retrouver sa famille

« Je passe à autre chose. J'entre dans une nouvelle étape de ma vie », a lancé le député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, pour expliquer sa démission de ses fonctions de député à l'Assemblée nationale.

Après avoir pris la parole à l'Assemblée nationale, jeudi matin, Stéphane Bédard a rencontré la presse régionale en compagnie de sa femme, Janick Tremblay, en après-midi. Comme il l'avait fait devant ses collègues député, il a d'abord témoigné sa gratitude à sa conjointe et à ses trois enfants pour les remercier d'avoir su s'adapter pour lui permettre de mener sa carrière.

Stéphane Bédard a également remercié les militants de la circonscription de Chicoutimi qui l'ont accompagné depuis sa première élection, en 1998. Il a ensuite précisé qu'il avait pris la décision de se retirer au cours de l'été, en prenant des vacances avec ses enfants.

En faisant le bilan de ses 17 années comme député, il se dit particulièrement fier que le Saguenay-Lac-Saint-Jean ait obtenu le statut de vallée de l'aluminium. Il mentionne également la construction de la route 175 à quatre voies, la rénovation de l'urgence de l'hôpital de Chicoutimi et la reconstruction de l'école le Roseau.

Avenir

Stéphane Bédard dit n'avoir aucun projet pour le moment, à part des travaux de rénovation à la maison.

Il a aussi fait taire les rumeurs entourant une éventuelle candidature à la mairie de Saguenay, en 2017. « Je ne l'ai pas envisagé, ce n'est pas mon objectif », assure-t-il. Sur quoi sa femme a renchéri : « Stéphane, ce n'est pas un politicien, c'est un souverainiste ».

Stéphane Bédard veut trouver un emploi qui va lui permettre de continuer à élever sa famille et assure qu'il va rester dans la région.

Allocution à l'Assemblée nationale

Au début de son allocution, le député a souligné qu'il avait toujours vécu dans un environnement où la politique occupait une place centrale. Il a soutenu avoir toujours eu un amour profond pour le Québec et avoir été inspiré par son père, Marc-André Bédard, par René Lévesque et par Lucien Bouchard.

Cependant, les dernières années ont été pour lui épuisantes en raison de toutes les fonctions qu'il a occupées, dont celle de leader parlementaire, poste qu'il a perdu en septembre, lorsque le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, lui a préféré le député Bernard Drainville.

Toutefois, Stéphane Bédard maintient que cette décision de Pierre Karl Péladeau n'a pas influencé sa décision de partir. « Si j'avais dû partir sur une déception, je serais parti après l'élection de 2014 », a-t-il ajouté, admettant tout de même qu'il avait été déçu, mais qu'il en avait pris son parti. 

Stéphane Bédard a remercié les citoyens de sa circonscription qui lui ont donné leur appui à plusieurs reprises. Il a affirmé qu'il demeurerait un militant de la cause indépendantiste. Il a dit tirer sa révérence avec le sentiment du devoir accompli, avant d'être chaudement applaudi par ses collègues

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine