Retour

Surtaxe sur le papier surcalandré : Sylvain Gaudreault interpelle le ministre des Forêts

La décision du département américain du Commerce d'imposer une surtaxe allant de 17,87 % à 20,18 % pour l'importation de papier surcalandré canadien a été le sujet d'un échange à l'Assemblée nationale, mardi.

Le député de péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a interpellé le ministre des Forêts, Laurent Lessard, pour déplorer l'absence d'intervention du gouvernement dans ce dossier qui touche, entre autres, les usines Kénogami et Dolbeau de Produits forestiers Résolu.

« Pendant que de ce côté-là, on analyse, a lancé Sylvain Gaudreault, à l'usine Kénogami, la surtaxe représente 175 $ US la tonne de plus. Le ministre des Forêts ne s'est pas levé et le premier ministre, pour qui c'est dans son comté à Dolbeau, il ne s'est pas levé. Ils vont contester où, M. le président? »

« Je tiens à rappeler que le Québec était impacté seulement à 2 % au 27 juillet de cet été, a répondu le ministre Lessard. Surprise, le 14 octobre la semaine dernière, on nous rappelait qu'on serait impacté comme le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, ce qui est très nouveau et très récent. »

Le ministre des Forêts a aussi souligné que le gouvernement était intervenu auprès de Produits forestiers Résolu pour que le dossier soit porté en appel soit au département américain du Commerce ou à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Produits forestiers Résolu conteste la décision

Vendredi, Produits forestiers Résolu a ajouté sa voix à celle de la Nouvelle-Écosse en s'opposant à un droit compensatoire imposé par les États-Unis sur un certain type de produits de papier glacé fabriqués au Canada.

La société montréalaise a dit croire, vendredi, que le département américain du Commerce n'avait pas tenu compte de tous les facteurs pertinents avant de prendre sa décision et qu'il s'était appuyé sur une application erronée de la loi.

Les droits ont été imposés après que les producteurs se furent plaints que leurs concurrents canadiens obtenaient des subventions qui leur accordaient un avantage injuste, en vertu des accords commerciaux internationaux.

Résolu a indiqué vendredi que le droit de 17,87 $ imposé à ses produits - en hausse par rapport à un calcul préliminaire de 2,04 % - était trop élevé parce que les États-Unis n'ont pas tenté de quantifier l'importance financière de deux « prétendues subventions » et qu'ils se sont plutôt fiés aux taux établis dans le cadre d'une révision administrative qui avait été menée en 1997 au sujet des importations de magnésium.

Plus d'articles

Commentaires