Retour

Syndicalisation de l’usine Grande-Baie : Rio Tinto étoffe ses arguments

Les audiences reprennent devant le Tribunal administratif du travail dans le dossier de la syndicalisation d'une partie des employés de l'aluminerie Grande-Baie de Rio Tinto.

Un texte de Gilles Munger

Le directeur des ressources humaines des installations, Martin Ménard, témoigne pour expliquer que Rio Tinto traite tous ses employés de la même façon, peu importe leur corps de métier.

La compagnie conteste la requête en accréditation syndicale des 88 mécaniciens, mécaniciens d’entretien et électriciens. Rio Tinto estime que la liste des travailleurs déposée par le syndicat Unifor n’est pas représentative d’une unité syndicale parce qu’elle est trop restrictive.

Mardi, ce sera au tour du président du Syndicat national des employés de l’aluminium d’Arvida, Alain Gagnon, d’être appelé à la barre.

Notons qu’il ne s’agit pas de la première tentative de syndicalisation à l’aluminerie de La Baie.

Une course à la syndicalisation se poursuit toujours à l’usine Grande-Baie puisqu’Unifor et les Métallos se font concurrence pour représenter les autres employés de production de l’usine qui sont environ 400.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Trop mignons ces animaux qui font dodo





Rabais de la semaine