Même si les besoins sont grandissants, les popotes roulantes de la région doivent jongler avec une diminution de bénévoles et de financement. En cette Semaine québécoise des popotes roulantes, le service veut se faire connaître pour pallier cette situation.

Ces organismes livrent des repas chaque semaine à des gens en perte d’autonomie. Par exemple, annuellement, la popote mobile de La Baie livre plus de 25 000 repas.

« On est une population vieillissante. On est toujours, toujours, constamment à la recherche de bénévoles, on n’a pas le choix sinon on aurait une perte de service. Oui, on a des employés, mais sans les deux parties, employés et bénévoles, on ne suffirait pas », explique la présidente de l’organisme de La Baie, Louise Bouchard.

L'augmentation du prix des aliments est devenue un enjeu de taille pour l'organisme. La Popote mobile de La Baie prévoit un déficit de 30 000 $ pour l’année financière 2018-2019. Elle souhaite ardemment trouver des solutions pour ne pas réduire les services.

« On a essayé de voir où on pouvait couper... Il n'y a pas grand place où on peut couper dans nos dépenses. Sur la qualité de la nourriture non plus, on ne veut pas couper parce que le but c'est de les maintenir à domicile », de dire Louise Bouchard.

La Popote mobile de La Baie envisage actuellement différentes possibilités pour financer le service. L'organisme souhaite notamment mettre en place une campagne de financement en plus de solliciter l'aide de ses partenaires.

D’après le reportage de Jessica Blackburn

Plus d'articles