Retour

Terres agricoles ravagées par la grêle au Lac-saint-Jean : des agriculteurs inquiets

Près de deux mois après l'épisode de grêle qui a frappé le Lac-Saint-Jean, l'inquiétude est vive chez les agriculteurs dont les terres ont été ravagées. L'Union des producteurs agricoles a rencontré jeudi matin les membres touchés à Saint-Bruno afin de leur donner l'heure juste quant à l'aide financière. Mais les temps sont durs pour ceux qui n'étaient pas assurés.

L'inquiétude est encore vive pour plusieurs agriculteurs dont les terres ont été touchées par la tempête de grêle qui s'est abattue sur une partie du Lac-Saint-Jean en juillet dernier et qui a entraîné des dommages importants.

Certains attendent toujours l'aide de la Financière agricole et de Québec, tandis que d'autres la jugent insuffisante. Quant aux agriculteurs qui n'étaient pas assurés et qui ont tout perdu, ils se demandent s'ils pourront semer l'an prochain.

« Les couvertures ne font pas la job et on a beaucoup de personnes qui ne sont pas assurées dans ce dossier-là », affirme Gilles Côté, copropriétaire de la Ferme Lacnor. « Il y a une détresse psychologique dans ce dossier-là. Il faut vraiment faire le point à ce moment-ci », ajoute-t-il.

La section de Lac-Saint-Jean-Est de l'Union des producteurs agricoles a rencontré jeudi les membres touchés pour leur expliquer où en sont les démarches.

Le président de la section locale de l'UPA, Eric Girard, se veut rassurant. Il explique qu'il faut trouver un consensus entre les producteurs agricoles et les différentes institutions gouvernementales impliquées. « Je vous garantis qu'on avance dans le dossier », affirme-t-il.

La Financière agricole du Québec a réglé 65 % des dossiers qui lui ont été soumis. Environ 1 175 000 dollars ont ainsi été versés.

La plupart des autres agriculteurs seront indemnisés une fois la récolte terminée en raison de leur contrat d'assurance.

Le directeur régional de la Financière agricole du Québec, Yves Lefebvre, estime que l'organisation gouvernementale « a été rapidement sur le terrain » et qu'elle a ainsi pu verser des indemnités aux agriculteurs dans un délai d'environ 30 à 40 jours.

Au-delà de cet épisode, plusieurs producteurs demandent une fois de plus des changements aux programmes d'aide de la Financière agricole du Québec, qu'ils jugent mal adaptés à leur réalité.

Une semaine après la tempête, le premier ministre Philippe Couillard avait assuré que les agriculteurs seraient aidés par le gouvernement du Québec.

D'après un reportage de Mélissa Paradis

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine