Tous les matins, Adélard Tremblay revêt son veston et sa cravate pour aller travailler. À l'aube de son 76e anniversaire de naissance, le directeur adjoint aux ventes chez Alma Volkswagen aborde son boulot avec la même passion qu'à ses débuts dans les années 1970.

Un reportage de Frédéric Tremblay

« C'est le plaisir de travailler, le plaisir de venir ici, de rencontrer des gens, d'être actif, de me lever le matin et de savoir où je m'en vais », explique Adélard Tremblay, qui fait partie d'un groupe de travailleurs d'expérience de plus en plus grand.

Depuis les années 1970, le nombre d'emplois occupés par les travailleurs âgés de 60 ans et plus a bondi de presque 200 % au Québec. En 2014, on recensait 368 600 personnes de 60 ans et plus sur le marché du travail québécois, soit 9,1 % des travailleurs actifs.

L'exode des jeunes et la pénurie de main-d'oeuvre sur le marché du travail créent un contexte favorable pour les personnes de 60 ans et plus qui désirent travailler, et les patrons n'hésitent pas à les embaucher en raison de leur expérience et de leur disponibilité.

Pour le copropriétaire du concessionnaire Alma Volkswagen, la présence d'Adélard Tremblay offre un bon encadrement pour la relève. « Il peut jouer le rôle de mentor », explique Daniel Côté. « Quand tu engages un plus jeune, il est capable aussi de lui donner de précieux conseils pour durer dans la vente. »

Âgé de 21 ans, Alan Labeaume-Lizotte entame sa carrière aux ventes. Il se considère choyé d'apprendre les rudiments du métier aux côtés d'un vétéran, même s'il considère M.Tremblay avant tout comme un collègue et un ami. « Moi, c'est plus les autos, lui, c'est plus les gens », raconte-t-il. « C'est peut-être ce côté de lui qu'il faut que j'aille plus chercher. Comment plus questionner les gens savoir qu'est-ce qu'ils font dans la vie », ajoute-t-il.

Le mot « retraite » ne fait pas partie du vocabulaire d'Adélard Tremblay. Malgré les bouleversements qui ont frappé le secteur de l'automobile et les nombreuses crises économiques des dernières décennies, ce vétéran a toujours su rebondir.

« Curieusement, ce sont mes meilleures années à vie », dit-il. Son secret? « La confiance en moi, l'attitude que j'ai, des attitudes que j'ai développées avec les années. Et j'ai continué toujours à faire des études là-dedans. Il faut toujours continuer de s'améliorer. Il ne faut pas rester assis sur ses lauriers. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine