Retour

Un café communautaire où vous décidez du prix

« C'est le seul endroit en ville que je connais où tu peux avoir un café puis un colleux », raconte Marie-Josée Leblanc. Il est passé midi et la jeune femme de 32 ans n'a pas encore déjeuné.

Un reportage de Catherine Paradis

Atteinte du cancer, il n'y a qu'au café communautaire L'Accès d'Alma où elle retrouve la faim, malgré l'anxiété qui la ronge et ses maigres moyens financiers.

L'affection vient souvent de la fondatrice du café Manon Girard. « Il y a deux ans, on disait de moi que mon projet était fou et que j'étais tannante parce que je demandais tout le temps de l'argent. Aujourd'hui quand on parle de moi, on dit que je suis persévérante et visionnaire », souligne-t-elle.

Prix suggérés

Au café L'Accès, le menu affiche des prix optionnels. Les clients donnent ce qu'ils peuvent ou ce qu'ils veulent ou offrent du temps de bénévolat comme monnaie d'échange.
Malgré tout, le café enregistre environ 30 % de profits depuis son ouverture.

Pendant que des clients remplissent la tirelire du café à coup de billets de cinq ou de dix dollars, Marie-Josée Leblanc, qui ne peut rien donner aujourd'hui, peut quand même manger les gaufres qu'elle a commandées.

Environ 30 bénévoles font rouler le café chaque semaine depuis l'ouverture, au mois de mai dernier. Chacun a sa raison de contribuer. En voici quelques-uns :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine