Retour

Un groupe de travail régional pour lutter contre la crise des opioïdes

Un nouveau groupe de travail voit le jour afin de s'attaquer à la crise des opioïdes. Des représentants des milieux policier, communautaire et pharmaceutique du Saguenay-Lac-Saint-Jean en font partie.

Le Comité action prévention opioïde (CAPO) est l'idée de Guylaine Rousseau, une pharmacienne de l’arrondissement de Jonquière. Elle s'inquiète de l'augmentation des vols de médicaments et cherche à endiguer le problème.

Plusieurs vols de médicaments se sont produits au cours des dernières années sur le territoire régional. Les pharmaciens veulent mieux documenter ce phénomène avant qu’il ne soit trop tard.

C’est pourquoi ce nouveau groupe de travail cherche à comprendre les failles du système actuel et à mieux contrer les futurs crimes qui frappent les pharmacies.

Mme Rousseau donne l’exemple de certaines données sur ces crimes qui sont mal compilées et qui donnent un faux portrait de la situation.

C'est la première fois qu'une telle initiative voit le jour dans la province. Les membres veulent se prémunir même si le Saguenay-Lac-Saint-Jean est encore épargné par la crise qui sévit à Montréal, Toronto et surtout dans l'ouest du Canada.

Le député du Parti québécois dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, affirme même que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est pionnier en ce domaine.

Le groupe espère sensibiliser le gouvernement à l’importance de cette démarche.

Le CAPO s'affaire à compléter le sondage qui servira à documenter la situation à l'échelle régionale. Le comité souhaite le distribuer aux 78 propriétaires de pharmacie au Saguenay-Lac-Saint-Jean d'ici la fin du mois d'octobre.

D'après le reportage de Frédéric Tremblay

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine