Retour

Un groupe environnemental critique le rapport du groupe de travail sur la forêt

La Société pour la nature et les parcs (SNAP) estime que les concessions demandées par le groupe de travail sur la forêt afin d'augmenter les approvisionnements en bois en forêt publique risquent de nuire à l'industrie forestière.

Le groupe formé pour faire le suivi du sommet économique régional de juin 2015 a déposé mercredi son rapport, qui compte 16 recommandations.

L'un des biologistes pour la SNAP, Pier-Olivier Boudreault, admet la légitimité de l'effort qui a été fait afin de limiter l'impact sur l'emploi des mesures de protection du caribou forestier et de la création d'aires protégées.

Il croit toutefois que de reléguer les caribous et les zones protégées au-delà de la limite nordique est une solution de facilité.

« Ce que je veux que les gens retiennent comme message, c'est qu'il y a des solutions qui sont possibles, mais il faut qu'il y ait une situation de compromis et ce n'est pas ce qu'on observe présentement, affirme Pier-Olivier Boudreault. De pelleter le problème vers le nord, ce n'est pas une solution. »

Le biologiste cite en exemple le cas du caribou forestier, dont une partie de la population se situe au sud de la limite nordique de coupe forestière, mais pour lequel le groupe recommande de limiter les secteurs protégés au nord. Cette mesure permettrait de récupérer entre 500 000 et 1,8 million de mètres cubes de bois pour l'industrie.

« De réserver quelques milliers de kilomètres carrés pour le caribou forestier, ça devrait être chose possible pour faire une foresterie qui est réellement durable », croit M. Boudreault.

Pour sa part, le porte-parole de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn, juge au contraire que le rapport a le mérite de soulever des questions sur la situation réelle du caribou forestier et sur les efforts nécessaires à sa préservation. L'entreprise a participé à la rédaction du rapport du groupe de travail.

« Avant, on ne voyait pas ça, du chevreuil, dans la région, on était beaucoup plus au nord, souligne M. Blackburn. Maintenant, on en voit. Est-ce que c'est un signe que le réchauffement de la planète fait en sorte que les espèces montent plus vers le nord? Le caribou étant une espèce qui vit plus dans le nord, il y a beaucoup de questions comme ça qui se posent. »

La question du caribou forestier est d'ailleurs au coeur de la perte de la certification environnementale FSC par Résolu. La SNAP se demande si les changements proposés ne viendront pas creuser le fossé entre l'entreprise et l'organisme de certification.

D'après les informations de Denis Lapierre.

Plus d'articles