Retour

Un guide pour aborder en classe les préjugés à l’endroit des musulmans

Mathieu Lizotte n'est pas musulman, mais les préjugés et les stéréotypes qui entourent la communauté musulmane le préoccupent à ce point qu'il organise des ateliers dans les écoles pour les combattre. Il se consacre maintenant à comprendre d'où ils viennent, dans un travail de maîtrise qu'il a présenté au 86e congrès de l'Association francophone pour le savoir (Acfas), à Saguenay.

Un texte de Catherine Paradis

Mathieu Lizotte a présenté le guide pédagogique QuébécoisEs, musulmanEs… et après? dans une dizaine d’écoles au Québec depuis un an.

Le guide, conçu pour le Centre justice et foi, a pour but d’aider les enseignants à déconstruire les images préconçues, particulièrement au sujet de la religion musulmane.

Le document propose notamment des ateliers pédagogiques et des activités d'animation à organiser en classe pour engendrer la réflexion. « Ne serait-ce que pour rappeler que tous les terroristes ne sont pas musulmans et que tous les musulmans ne sont pas terroristes », explique-t-il.

Au fil de ses rencontres, il a constaté que de nombreux enseignants hésitent même à aborder ce genre de sujet.

« Le fait de ne pas avoir de conseiller pédagogique dans les cours d’éthique et de culture religieuse fait en sorte que les enseignants qui auraient besoin d’aide se sentent moins bien outillés », a-t-il constaté. Résultat : des professeurs tentent d’éviter certaines discussions, comme celles portant sur le voile, par exemple.

Mais ce n’est pas toujours si simple.

Mathieu Lizotte s’engage donc dans une étude en sciences de l’éducation qui porte précisément sur la façon dont les enseignants gèrent les échanges qui s’imposent d’eux-mêmes, notamment en raison de l’actualité. Il commencera cet automne un processus d’entrevues auprès d’enseignants.

« Je veux savoir d’où viennent les préjugés? Qu’est-ce que l’enseignant fait lorsque ces stéréotypes s’invitent en classe? », se demande-t-il.

Il espère ainsi dresser un portrait dans le but d’adapter les interventions dans les salles de classe au Québec.

Plus d'articles