Retour

Un mouvement de sol à l'origine du bris d’aqueduc à Saint-Bruno

Les citoyens de Saint-Bruno pourraient bien se retrouver avec un débit d'eau plus faible pendant plus longtemps que prévu. La canalisation temporaire mise en place en fin de semaine pourra être remplacée seulement avec l'autorisation de la Sécurité civile du Québec, du ministère des Transports du Québec et du ministère de l'Environnement du Québec.

On sait maintenant que le bris d’aqueduc a été causé par un mouvement de sol. En fait, un talus s’est décroché près de la rivière Bédard en bordure de la route 169.

Les autorités de la Sécurité civile du Québec veulent s’assurer que le secteur est sécuritaire avant d’autoriser d’autres travaux dans le secteur. Des équipes du ministère des Transports du Québec et du ministère de l’Environnement du Québec pourraient aussi être impliqués en raison de la proximité de la route régionale.

Un premier avis technique a été remis à la municipalité de Saint-Bruno. Un rapport officiel lui sera bientôt remis afin de permettre les travaux.

« Il faut que je me trouve un ingénieur avec une expertise en géotechnique. [Ça prend quelqu'un] qui est capable de dire, écoute, le chantier de construction va-t-il être sécuritaire pour les employés first et, maintenant, la façon dont on va remplacer la conduite, est-ce qu'elle met en danger davantage la sécurité des lieux », explique l'urbaniste à la municipalité de Saint-Bruno, Philippe Lusinchi.

En ce moment, la conduite de 30 centimètres a été remplacée temporairement par un tuyau de 15 centimètres, ce qui réduit considérablement le débit et la pression d’eau à Saint-Bruno.

Samedi, 40 % de la population de la municipalité a été privée d’eau en raison du bris d’aqueduc. Une dizaine d’agriculteurs ont été touchés par la situation.

D'après les informations de Frédéric Tremblay

Plus d'articles

Commentaires